A l’ouverture d’IKEA

SAMOURAÏ se fait hara-kiri

Il est vrai qu’IKEA, grande marque d’ameublement, peut faire l’économie de toute communication. Mais le Capital suédois, même s’il est marié à des intérêts arabes, croit en la vertu de la communication et de la guerre de l’image qu’il s’agirait de remporter. Sauf qu’au niveau du staff d’IKEA Maroc, un DGA se croit investi de tous les pouvoirs, y compris celui de « black-lister » des titres de presse dûment choisis. Exit, la presse arabophone… Sauf celle dite à gros tirage  (on ne se soucie même pas du contenu) et grand filtrage de la presse francophone, exception faite des incontournables de la brosse à reluire et autres supports réduits à faire de la « com interne » grand public !

Et même quand on daigne, côté IKEA, inviter les représentants des médias, le minimum auquel s’attend le staff de la boite suédoise serait que les journalistes fassent partie du décor. L’agence de com qui a accepté le deal avec Ikea n’a pas hésité à jouer le jeu du donneur d’ordre. En intimant l’ordre aux journalistes de regarder sans poser la moindre question. Il faut être un sacré SAMOURAÏ pour oser le faire. Car se faire hara-kiri n’est pas une chimère. Et le pire est vite arrivé, malgré les précautions d’usage dont ont fait preuve et les hôtes et les organisateurs. Un grand esclandre s’est déroulé sous les yeux de Mme Erika Ferrer, ambassadrice du Royaume de Suède au Maroc, lorsqu’un journaliste a voulu engager avec la diplomate un brin de causette. On l’a empêché de s’approcher de la dame ce qui a causé un sacré ramdam. Faut-il féliciter cette agence digne de com pour la prouesse qu’elle réalisa au profit d’IKEA qui pouvait prétendre faire l’économie de tout esclandre des plus tumultueux ? Mais que voulez-vous, le kit a ceci de désagréable : même avec le mode d’emploi, on se retrouve toujours avec des pièces en plus. Et le ce plus là a de quoi irriter les journalistes qui se respectent.

 

 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus