Abdelilah Benkirane broie du noir: Des élections anticipées pour dénouer la crise politique ?

0
Avant le déplacement d’Aziz Akhannouch vers Agadir pour inaugurer le Salon Halieutis, une rencontre avait réuni, une fois de plus, le leader du RNI au Patron du PJD désigné chef de gouvernement. Et c’est en marge de ce salon international que le ministre sortant de la Pêche maritime avait assuré les médias que les tractations pour la formation d’une majorité gouvernementale évoluaient encore. Autant dire que dans la bouche du chef du RNI, une telle affirmation équivaut à une reconnaissance des difficultés qui entravent toujours les négociations avec le PJD, formation majoritaire. Le RNI qui avait fini par arracher à Abdelilah Benkirane l’acceptation de l’UC dans le futur attelage gouvernemental à cinq (PJD, PPS, RNI, UC et MP) chercherait toujours à s’assurer d’une majorité confortable qui ferait le contre-poids au désistement « politique » de l’Istiqlal avec l’entrée en lice de l’USFP. Mais c’est peine perdue. A. Benkirane oppose toujours son véto à la formation socialiste qui, à ses yeux, devrait s’estimer heureuse d’avoir réussi le coup de force de placer son candidat à la présidence du Parlement.
Aigri par tant de tiraillements partisans qui compliquent sa tâche de chef de gouvernement désigné pour la formation de la majorité devant aller aux affaires, A. Benkirane a jugé bon de laisser libre-cour à ses sentiments. Tantôt en songeant à trouver une solution avec le Roi une fois de retour au pays, tantôt en soufflant sur les braises du sempiternel « autoritarisme » décrié lors de la campagne électorale. Autant dire que le chef de fil des islamistes broie du noir et le fait savoir en exigeant du Roi en tournée africaine « pour soulager nombre de pays africains » d’abréger les souffrances du peuple marocain qui aspire à une normalisation politique. Aux yeux d’A. Benkirane, nourrir la crise politique de la sorte est une insulte à la volonté populaire qui s’est exprimée via les urnes en accordant la majorité au PJD. Qui et comment abrégera-t-on les souffrances du leader du PJD connu pour ses dérapages verbaux ?

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus