Action mondiale pour le climat : L’exigence des transports bas carbone

0
Les dirigeants du secteur du transport durable, qui catalysent la transformation nécessaire aux côtés des gouvernements pour faire face au changement climatique, se sont réunis à la COP22 pour l’événement du Programme de l’Action mondiale pour le climat (AMC) sur les transports. Ils démontreront comment les progrès réalisés au sein de quinze initiatives de référence, qui couvrent tous les modes de transport et plus de 100 pays, indiquent que la lutte contre les émissions provenant des transports est à la fois possible et rentable. Il est à rappeler que les transports sont responsables d’un quart des émissions de gaz à effet de serre relatives à l’énergie et sans aucune mesure perturbatrice, il est prévu que les émissions causées par les transports augmentent de 7,7 Gt à environ 15 Gt d’ici 2050. Il s’agit d’un problème global: pour 45% des pays, le transport est la principale source d’émissions relative à l’énergie, et il s’agit de la deuxième source sur le reste des secteurs. Le transport, par conséquent, doit être un élément clé de toute solution efficace au changement climatique. Plusieurs initiatives de transport ont ainsi été prises depuis la COP21 dont la Global Fuel Economy Initiative (GFEI), qui soutient 40 pays supplémentaires dans la réalisation des bénéfices financiers et de CO2 provenant de l’efficacité accrue des carburants pour véhicules, le Airport Carbon Accreditation Scheme compte désormais 173 aéroports certifiés dans le monde, dont 26 aéroports déjà neutres en carbone. 36% des passagers passent maintenant par un aéroport certifié et l’initiative MobiliseYourCity a obtenu un financement de 35 millions d’euros au cours des 12 derniers mois et saisit l’occasion de la COP22 pour annoncer la mise en place de Plans de mobilité urbaine durable au Maroc et au Cameroun. Les débats dans le domaine de l’action des transports dans le cadre du programme d’action mondial pour le climat de la COP22 à Marrakech indiquent que la lutte contre les émissions dues aux transports est non seulement possible, mais qu’il existe des solutions durables et rentables. Une série de mesures à gains rapides à mettre en œuvre avant 2020 a été proposée pour optimiser la contribution des transports à l’atténuation d’ici 2020. Le secteur s’emploie également à obtenir un large consensus au sujet d’une Macro feuille de route mondiale commune, échelonnée et adéquate aux niveaux régionaux, pour intégrer et guider la transformation de l’ensemble du secteur. « Le développement de la Macro feuille de route mondiale nous permet d’engager des entités à la fois publiques et privées dans un dialogue sur la façon de répondre à un besoin croissant de mobilité et de transports, tout en réduisant considérablement les émissions de gaz à effet de serre », a déclaré Cornie Huizenga, Secrétaire générale du Partenariat pour un transport bas carbone et durable (SLoCaT, selon le sigle en anglais) et cofondatrice du Processus de Paris sur la mobilité et le climat (PPMC). La Macro feuille de route mondiale proposée peut fournir aux gouvernements un cadre politique directeur et permettre de donner confiance aux acteurs du secteur des transports. Elle vise à catalyser l’innovation et l’investissement du secteur privé dans les transports bas carbone. Les débats au sujet des transports lors de la COP22 ont conclu qu’il est maintenant nécessaire d’intensifier les mesures en faveur des transports durables de manière considérable. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que les acteurs étatiques et non étatiques peuvent élaborer et mettre en œuvre des mesures significatives qui soutiennent la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus