The news is by your side.

ADM : Performance alourdie par la dette

35
Dans une situation patrimoniale difficile, la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) réalise un chiffre d’affaires en permanente progression. Si le trafic autoroutier lui permet des recettes en hausse, son résultat net plombé par l’endettement. Ce qui n’empêche pas son management de dire que sa situation est loin d’être inextricable.
« 2015 était une bonne année pour ADM » ; telle est la sentence du directeur d’ADM, Anouar Benazzouz, prononcée lors de la présentation des résultats de l’une des sociétés les plus endettées du Royaume. A fin 2015, ADM entretenait un réseau de 1.588 km en exploitation et 184 km d’autoroutes en cours de construction. Avec ce réseau qui devrait s’étendre à 1770 à fin 2016, selon le Top management, ADM a pu réaliser un CA de 2,42 Mrds Dhs contre 2,21 Mrds Dhs en 2014 en hausse de 9,15%. Cette augmentation, due à la hausse des recettes de 9,7% (2,31 Mrds Dhs (hors taxe)) s’est reflétée sur son excédent brut d’exploitation qui a évolué au 31 décembre 2015 de 3,64% par rapport au 31 décembre 2014. Cette appréciation est due, principalement, à l’augmentation du chiffre d’affaires d’un montant de 203 MDH, et ce malgré la hausse des charges de grosses réparations d’un montant de 119 MDH». Cependant, son résultat net a été marqué par une perte de 2,15 Mrds Dhs contre 1,14 en 2014, principalement due à la dégradation du résultat financier. Ce dernier a connu une dépréciation de 385 MDH suite entre autres à la constatation d’une provision pour grosses réparations de 600 MDH. Sur le plan des réalisations, l’ADM reste l’une des rares entreprises publiques qui ont un taux de réalisation des engagements avoisinant les 100%. Ainsi, « 8 des 9 projets prévus dans la cadre du contrat programme 2008-2015 (1039 km) ont été réalisés», a indiqué A. Benazzouz, soulignant que « le tronçon Berrchid-Tit Mellil, qui tarde à cause de l’expropriation, sera lancé en 2016 ». Sur le plan financier, le management se dédouane de toute responsabilité. « Pour tout ce qui est financement, c’est l’Etat qui fait tous les choix », confie A. Benanzzouz. Par ailleurs, la principale réalisation d’ADM ces derniers temps reste la mise en service de télépéage Jawaz et sa généralisation, courant 2016. Lancée en juin 2014 afin de fluidifier le trafic, Jawaz est une solution qui fonctionne à l’aide d’un boîtier collé au pare-brise et qui permet d’effectuer automatiquement la transaction en matière de péage en levant la barrière et en décomptant le montant du péage du solde du client. Dans un premier temps, Jawaz a été déployé sur un périmètre limité entre Kénitra et Berrechid, sans aucune majoration sur les tarifs. En tout, près de 29 000 tags Jawaz ont été vendus à ce jour.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :