The news is by your side.

Affaire de SICOMEK de Meknés: Les éclaircissements d’Abdellah Bouanou

0 509
Le sempiternel débrayage de plus de 700 d’ouvriers de SICOMEK, société de fabrication textile à Meknés, n’a jusqu’à présent trouvé aucune issue. Un dialogue de sourds entre patronat et ouvriers.
 Au point de pointer du doigt Abdellah Bouanou, président de la Commune Urbaine de Meknés.
S’expliquant lors d’une conférence ,tenue dimanche dernier à Meknés, Abdellah Bouanou a d’abord reconnu qu’il a payé cher le fait d’être solidaire des ouvriers (res) de SIKOMEK. « Je suis victime de ce qu’on appelle l’innocence politique. J’ai essayé d’intervenir pour mettre le holà sans que je ne sois le responsable. La commune urbaine est régie par des textes de droit public. Elle n’est en aucune manière la tutelle des sociétés de droit privé. Qu’on cesse cette cabale contre ma personne. Je n’ai pas de comptes à rendre dans ce litige entre les patrons de la Sté SICOMEK et les ouvriers(…) ».
Et d’ajouter: » Dans cette affaire, je me demande quel est le rôle des délégués et responsables syndicaux? Je dirai même pourquoi les ouvriers n’ont pas recouru à la justice pour avoir gain de cause ni au Fonds de compensation pour perte d’emploi? », s’est interrogé avec fiel Abdellah Bouanou. La messe est dite mais le dossier de SICOMEK s’est avéré  un noeud de vipère. Des intérêts occultes animent les diverses parties en présence. Une fois notre enquête achevée nous la livrerons dans l’une de notre prochaine édition.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.