Afrique du Sud : L’ANC sanctionné dans les urnes

0 69
Les Sud-Africains se sont rendus aux urnes, mercredi 3 août, pour choisir les dirigeants des municipalités. Un scrutin local en forme de test national. Les résultats de ce scrutin, redouté par le Congrès national africain (ANC), confirment les craintes de ses cadors. S’il remporte de nouveau la grande majorité des 278 municipalités mises en jeu, il perd près de 8 points au niveau national (54 %, contre 62 % lors des élections locales en 2011). Jamais depuis son arrivée au pouvoir lors du premier scrutin démocratique en 1994, le score réalisé par l’ANC n’a été aussi faible. L’opposition a même surclassé le parti de Nelson Mandela dans trois grandes pétropoles. Du jamais vu ! Cet affaiblissement de l’ANC n’est pas une surprise. Il souffre de l’usure du pouvoir, et son bilan a été vivement critiqué pendant la campagne. Si davantage de Sud-Africains ont aujourd’hui accès aux services de base (eau, électricité, logement), des manifestations de colère, parfois violentes, sont quasi quotidiennes dans le pays.
Les protestataires dénoncent la lenteur de la transformation et la corruption des officiels. L’ANC paie également son incapacité à gérer crise économique (croissance nulle prévue cette année) et à réduire le taux de chômage qui plafonne à 27%.
Autre handicap majeur : l’impopularité de Jacob Zuma. Le chef d’Etat et président du parti est empêtré dans plusieurs scandales de corruption et d’abus de biens sociaux.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus