Agropole: Banco pour le Souss

0 75

Après avoir assuré la production au niveau de l’amont, l’heure est à la transformation de la production  agricole.  Sur ce volet à haute valeur ajoutée, Med Z lance une agropole dans le Souss. C’est la 3è agropole après celles de Berkane et de Meknès, sur un ensemble de six prévues par le PMV. 

Le ministre de l’Agriculture A. Akhannouch a annoncé  lors des Assises de l’agriculture le démarrage imminent de la 2e phase du Plan Maroc vert (PMV). Avec pour finalité l’accélération du développement de la filière de transformation agricole. C’est donc vers la valorisation industrielle des produits agricoles que le virage s’opère. Dès lors, l’amont agricole étant sur la bonne voie, le volet industrialisation nécessite un ensemble de prérequis notamment en terme d’infrastructures dédiées. Dans ce sens,  le Plan prévoyait la réalisation de 6 agropoles entre 2009 et 2015 sur des bassins de production qui se veulent  des  pôles de compétitivité agroalimentaires à même de drainer des investissements et fort en créations d’emplois.  Sur ces six agropoles programmées, déjà 3 ont vu le jour notamment  à Meknès,  avec Agropolis, dans l’Oriental, l’Agropole de Berkane, les deux ayant été développées par MedZ, la filiale du groupe CDG  dédiée à l’aménagement et la gestion de parcs d’activités pour l’industrie (incluant l’agroalimentaire), l’offshoring et le tourisme,  et celle de Tadla avec l’agropole de Beni Mellal. Deux autres régions, le  Gharb et le Haouz, attendent toujours que leurs projets sortent des tiroirs. Pour ce qui est de la quatrième agropole dédiée à la région du Souss, c’est  MedZ qui s’est vu désignée lors des dernières assises de l’agriculture pour la réalisation de ce troisième parc.  A l’image des deux autres agropoles déjà opérationnelles avec l’installation de près d’une soixantaine de projets industriels structurants pour la chaîne de valeur, depuis de la fabrication des intrants agricole (fertilisants, matériel d’irrigation…), en passant par la transformation des produits alimentaires, jusqu’aux industries support (emballage, froid, conditionnement des fruits et légumes…), l’Agropole d’Agadir devrait connaître le même succès. Elle donnera un coup d’accélération à l’économie régionale et répondra aux besoins exprimés par les opérateurs agroindustriels pour doter le Souss Massa d’infrastructures industrielles et logistiques permettant l’intégration de la chaîne de valeur agroalimentaire. Etalée sur une Superficie nette globale de 54 ha, à réaliser en 3 phases, dont la 1ère tranche à lancer en 2015 totalise 22 ha cessibles, la réalisation de cette agropole nécessitera un investissement de 260 MDH, dont 120 MDH pour le hors site avec à la clé une  création de 20 000 emplois à terme, dont 13 000 directs. Reste à savoir si un tel investissement s’avère des plus judicieux pour une région fortement impactée par l’aléa climatique et la rareté des ressources hydriques. La nappe phréatique est des plus surexploitées dans le Royaume puisque les pompages n’ont pas épargné la nappe fossile dont le renouvellement reste des plus aléatoires.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus