The news is by your side.

Crise gouvernementale : Benkirane joue la transparence… à moitié !

16
Abdelilah Benkirane est-il franc du collier ? La question mérite d’être posée à l’heure où il a choisi de porter à la connaissance du public, via le portail TV de sa formation politique, son intervention enregistrée le 5 novembre dernier, devant les membres de la Commission nationale du PJD. C’est donc par souci de transparence que le chef du gouvernement nommé a opté pour cette solution, un message vidéo immortalisant la crise des tractations pour la constitution du cabinet Benkirane III, en affranchissant le pecus vulgum de ce qui se tramait dans les coulisses. Selon sa version, bien sûr ! Alors de quoi cet excès de transparence est-il le nom ? Sachant que la mise en ligne de cette vidéo n’obéissant qu’à un clic, pourquoi a-t-il choisi de ne la diffuser qu’une dizaine de jours après ? L’affaire est-elle tellement grave pour que l’échec des négociations avec les partis, choisis par ses soins pour former la majorité, soit ainsi porté à la connaissance d’une opinion abasourdie par l’incapacité des leaders politiques à dégager un terrain d’entente pour permettre au pays de renouer avec une normalité institutionnelle, avec un gouvernement en action et un parlement réduit au chômage technique ?
Quoi qu’il en soit, le fond du problème, tel que le récit d’A. Benkirane le laisse entendre, serait lié à la valse à mille temps que jouent ses partenaires politiques. L’indécision serait flagrante au niveau de deux partis, le Mouvement populaire d’un côté et l’USFP de l’autre. Plutôt que de choisir d’intégrer dès le départ la majorité, comme ce fut le cas pour le PPS et le PI, la formation que pilote Mohand Laenser a choisi une démarche marquée par un flou artistique. Avant de convenir, in fine, que sa participation au gouvernement serait conditionnée par la décision du RNI. Lequel ne serait partant pour une nouvelle équipée avec Benkirane qu’à deux conditions. D’abord, l’intégration de l’UC, avec lequel la relation est devenue fusionnelle depuis qu’Aziz Akhennouch a succédé à S. Mezouar à la tête du parti de la Colombe. Ensuite, et là la dot exigible dépasserait l’entendement du leader du parti de la Lampe, il s’agirait de procéder à un lâchage de l’Istiqlal qui, assure A. Benkirane, a fait montre d’une grande loyauté en dévoilant les manigances du PAM qui voulait constituer une majorité alternative pour gouverner à la place du PJD, et en s’inscrivant en faux vis-à-vis de la requête de l’USFP de voir la présidence du Perchoir lui revenir de droit.
Voilà donc le message subliminal que le leader du PJD a voulu partager avec les Marocains dans un rare accès de transparence politique, les leaders ayant habitué l’opinion à laver le linge sale en privé, loin des caméras et des commérages.
Mais que retiendra-t-on de cette grammaire politico-politicienne mitonnée à la sauce PJD ? Que le pays traverse une crise politique ? Tout le monde le sait. Que les tractations sont appelées à durer pour la formation d’un nouveau gouvernement Benkirane et qu’il faut que les Marocains prennent leur mal en patience. Pourtant, dans sa délicate mission, A. Benkirane aurait pu faire l’économie de tout ce casse-tête en affichant ses ambitions, via un programme prédéfini, avec des priorités et un agenda d’action, et une architecture gouvernementale susceptible de précipiter l’adhésion des intéressés qui s’y retrouveraient. La majorité sortante n’aurait pas cherché à jouer les difficiles. Mais à trop vouloir élargir le spectre des adhésions, A. Benkirane s’est lui même enfoncé dans le coin. Ce qui l’empêche de disposer d’une vision à large spectre, à 360 degrés. C’est bien là où réside la logique évoquée par le leader du PJD. Celui qui fait grand cas des mathématiques, mère de toutes les sciences, qui permet dans sa dimension arithmétique de dire que 1+1=2. Inchallah !
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :