The news is by your side.

Alger envenime l’atmosphère régionale : Aux interdictions, le système passe aux menaces contre Rabat

0 229

Le diplomate algérien propulsé «envoyé spécial au Sahara occidental et au Maghreb» a menacé, via une déclaration rapportée par Reuters, que son pays prendra «de nouvelles mesures» après avoir rompu les liens diplomatiques avec le Maroc et fermé l’espace aérien aux avions du royaume.
A. Balani a déclaré à Reuters qu’«il n’est pas possible d’exclure le recours à des mesures supplémentaires», sans préciser la nature de ces mesures qui pourraient être à l’étude.
Déjà en très mauvais état depuis des décennies, les relations entre l’Algérie et le Maroc dont les frontières terrestres sont fermées depuis 1994, se sont dégradées avec l’escalade du différend autour du Sahara occidental.
L’Algérie qui avait signifié qu’elle ne renouvellerait pas un contrat de fourniture de gaz au Maroc, via le gazoduc Maghreb-Europe, a annoncé, mercredi, avoir fermé son espace aérien à tous les avions civils et militaires marocains, deux mesures décrites par des sources marocaines comme ayant «peu d’effet», indique l’agence britannique.
Pour A. Blani, «l’Algérie sera très vigilante et fera preuve d’une fermeté absolue pour protéger son territoire national».

Dialogue encouragé par l’ONU
Depuis que la tension a pris de l’ampleur entre Alger et Rabat, nombre de capitales arabes ont tenté de jouer aux réconciliateurs sans pour autant trouver d’écho favorable auprès d’Alger. Face à cette impasse, l’Organisation des Nations unies (ONU) a réagi à nouveau à la rupture des relations entre le Maroc et l’Algérie en signalant, via. Le porte-parole du secrétaire général de l’organisation, l’importance d’engager un dialogue entre Rabat et Alger. «Nous pensons qu’il est important que les deux pays s’engagent dans un dialogue positif. Ce sont deux pays très importants dans la région», a déclaré Stéphane Dujarric,.
«Nous voudrions voir de meilleures relations bilatérales possibles» entre les deux nations, a-t-il ajouté. Interrogé sur le rôle de l’ONU en tant que médiateur dans la crise diplomatique entre les deux pays, S. Dujarric a promis un «bilan bilatéral» des discussions du secrétaire général avec les différentes délégations.
Fin août, l’ONU a réagi à l’annonce unilatérale de l’Algérie de rompre des relations avec le Maroc. «Je peux vous dire que nous avons bien vu l’annonce du ministre algérien des Affaires étrangères concernant la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc», avait soutenu S. Dujarric tout en ajoutant que «le secrétaire général encourage les deux pays voisins à trouver un moyen pour rétablir leurs relations pour la paix et la sécurité dans la région».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.