Amnesty dénonce les crimes du Polisario: Et interpelle Alger

0
Les crimes commis par le Polisario dans les camps de Tindouf, soumis au contrôle des autorités algériennes, ont été dénoncés par Amnesty International, ce mercredi 22 février à Rabat. L’Algérie continue à couvrir le Polisario et ses agissements outranciers malgré les appels répétés par les organisations internationales de défense des droits humains, en particulier par Amnesty International (AI), pour demander des comptes aux responsables de la perpétration de tels crimes. Le directeur exécutif d’Amnesty International-section Maroc, Salah Abdellaoui, a été catégorique lors d’un point de presse tenu mercredi 22 février à Rabat, consacré à la présentation des grandes lignes du rapport annuel de l’AI sur la situation des droits de l’Homme dans le monde. Selon ce rapport intitulé « La situation des droits humains dans le monde » et qui a concerné 159 pays, le mouvement des droits de l’Homme dans plusieurs pays, notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, fait face à un défi « notable » puisque les gouvernements de ces régions continuent « à faire pencher l’approche de la sécurité dans le traitement des questions liées aux droits humains ». Ces pays ont aussi limité et entravé l’exercice du droit à la liberté d’expression, d’association, de réunion pacifique et ciblé les médias sociaux surtout, au regard de « ce que les autorités considèrent comme critiques abusives ou insultantes vis-à-vis des pouvoirs publics, des symboles ou de la religion », a-t-il expliqué.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus