Approvisionnement mondial en hydrocarbures :Téhéran affiche ses atouts

Javad Owji, ministre iranien du Pétrole, a annoncé tout récemment un projet d’investissement de près de 7 milliards de dollars dans le champ pétrolifère Azadegan, et cela pour augmenter la production de brut de 190 000 à 220 000 bpj, la deuxième année du programme de développement, puis jusqu’à 570 000 bpj dans les sept prochaines années. Au cours de la période d’exploitation de 20 ans du champ d’Azadegan, « si nous considérons que le prix de base du pétrole est de 80 dollars [par baril], cela générera plus de 115 milliards de dollars de revenus pour le pays et créera des emplois pour 24 000 personnes », a-t-il précisé.

 « L’Iran est l’un des seuls pays au monde à avoir le potentiel d’ajouter un approvisionnement important en pétrole à un marché pétrolier mondial désespérément tendu », a précisé Oil Price

L’une des principales stratégies utilisées par l’Iran pour faire pression sur les États-Unis afin qu’ils abandonnent les conditions requises pour qu’une nouvelle version du Plan d’action global conjoint (JCPOA) soit convenu, consiste à se positionner comme un immense réservoir de pétrole (et de gaz) qui peut être utilisé pour faire baisser les prix mondiaux du pétrole et atténuer les difficultés économiques qui en résultent.

Compte tenu de l’incapacité des États membres de l’OPEP et de la Russie à augmenter sensiblement leur production de pétrole brut, l’Iran a annoncé une expansion du champ pétrolier d’Azadegan, qui est divisé en deux parties Nord et Sud.

L’Iran reste une grande puissance pétrolière, avec une estimation de 157 milliards de barils de réserves de pétrole brut, soit près de 10 % du total mondial et 13 % de celles détenues par l’OPEP. Aussi grandes que soient ses réserves de pétrole, ses réserves de gaz sont encore plus importantes, l’Iran ayant estimé les réserves prouvées de gaz naturel à 1 193 billions de pieds cubes (Tcf), juste derrière la Russie – 17 % du total mondial et plus d’un tiers de l’OPEP.

De plus, l’Iran a un taux de réussite élevé dans l’exploration du gaz naturel, en terme de forage sauvage, qui est estimé à environ 75 à 80 %. Parmi ces énormes richesses en hydrocarbures, Azadegan est l’un des principaux champs de la région extrêmement riche en pétrole de West Karoun – les autres plus notables se trouvant à Yaran (également divisé en champs nord et sud) et Yadavaran.

Non seulement le coût de levage du pétrole brut dans les champs de Karoun-Est est comparable à celui des meilleurs champs d’Arabie saoudite – et le plus bas au monde, à environ 1 à 2 dollars le baril – mais aussi pour chaque pourcentage de hausse du taux de levage des champs de Karoun-Est, les réserves récupérables augmentent de 670 millions de barils.

Et le magazine d’ajouter que « l’Iran s’efforce également d’étendre son champ pétrolier commun avec l’Irak qui n’est pas l’objet de sanctions d’autant plus que la portée et l’ampleur de ces champs partagés masque l’origine du pétrole brut transporté de l’Irak. Il est littéralement impossible de distinguer le pétrole irakien du pétrole iranien dans les champs pétrolifères partagés, le pétrole du côté irakien de la frontière étant foré à partir des mêmes réservoirs que le pétrole foré du côté iranien. Même si les Américains ou leurs personnes de confiance postaient des personnes sur chaque plateforme dans chaque champ partagé en Irak, ils ne seraient pas en mesure de dire si le pétrole qui en sort provenait du côté irakien ou non. »

Une fois ce « ré-étiquetage » effectué, il est alors assez facile pour l’Iran d’acheminer ce pétrole renommé là où le pétrole irakien peut aller, c’est-à-dire n’importe où. L’essentiel peut être fait grâce à l’infrastructure d’exportation de pétrole brut existante de l’Irak, y compris de très gros transporteurs de brut chargés dans et autour la plaque tournante d’exportation sud de Bassora. Il peut également être effectué directement dans le sud de l’Europe via le port turc de Ceyhan via les oléoducs traversant la région semi-autonome irakienne du Kurdistan, bien que ceux-ci soient soumis à des perturbations continues depuis des années, et il existe également des plans pour d’autres pipelines, de l’Irak à la Jordanie et à la Syrie.

Pour les expéditions à destination de l’Asie, les navires peuvent simplement désactiver l’interrupteur du système d’identification automatique qui permet le suivi et l’identification des navires, et les navires peuvent également se déplacer vers les eaux sous juridiction malaisienne (et dans une moindre mesure, indonésiennes), puis expédier les exportations de pétrole vers la Chine, avec des pétroliers à destination ultime de ce pays effectuant des transferts en mer ou juste à l’extérieur du port de pétrole iranien sur des pétroliers battant d’autres pavillons.

Comments (0)
Add Comment