Après Washington, Paris au secours d’Abou Dhabi : Faire barrage aux missiles et drones du Yémen

«Les Emirats arabes unis ont été victimes de graves attaques sur leur territoire au mois de janvier. Afin de marquer notre solidarité à l’égard de ce pays ami, la France a décidé de [lui] apporter un soutien militaire, notamment pour protéger leur espace aérien contre toute intrusion», a écrit le 4 février sur les réseaux sociaux F. Parly, ministre française des Armées, en réaction aux multiples attaques récemment revendiquées par les rebelles yéménites contre ce pays du Golfe. «Des avions de combat Rafale, qui appartiennent à notre dispositif permanent basé à Abou Dabi, sont ainsi engagés aux côtés des forces armées émiriennes dans des missions de surveillance, de détection et d’interception en cas de besoin», a poursuivi la ministre.
Au mois de janvier, les Emirats ont été la cible de plusieurs attaques yéménites dont une opération menée avec des drones contre des installations pétrolières d’Abou Dhabi, qui a fait trois morts.
Le général Yehya Sarii, porte-parole des forces yéménites, a salué l’opération menée contre les Émirats arabes unis par un groupe connu sous le nom des « Brigades de la promesse véridique » (Alwiyat al-Waad al-Haq). « Nous félicitons l’opération menée mercredi par les Brigades de la promesse véridique- fils de la péninsule arabique- contre l’ennemi émirati traitre. Nous les remercions pour cette opération honorable, responsable et solidaire avec notre cher peuple » a-t-il écrit sur Tweeter.
Ledit groupe a déclaré dans un communiqué publié mercredi sur les réseaux sociaux avoir attaqué la capitale, Abou Dhabi, avec quatre drones. « Alwiyat al-Waad al-Haq continuera de mener des frappes jusqu’à ce que les Émirats cessent de s’ingérer dans les affaires des pays de la région, principalement le Yémen et l’Irak », a affirmé le groupe dans son communiqué, avertissant que « les frappes à venir seront plus douloureuses ».
Le ministère de la Défense des Émirats arabes unis a annoncé, dans un communiqué, « l’interception de trois drones ayant pénétré l’espace aérien des Emirats, loin des zones peuplées ». Le mois dernier, Abou Dhabi a été frappé à trois reprises par des missiles balistiques et des drones yéménites, en riposte aux agressions des Emirats et à leur implication dans les combats en cours au Yémen.
Pour rappel, les Emirats arabes unis font partie de la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite, régulièrement épinglée lors de frappes meurtrières menées au Yémen.
Toujours au mois de janvier, l’ONG Médecins sans frontières a ainsi pointé la responsabilité «incontestable» de la coalition dans une frappe aérienne sur une prison tenue par les rebelles houthis, qui a fait au moins 70 morts. La coalition emmenée par Ryad a procédé sur le même mois à plusieurs frappes aériennes, entraînant des pertes civiles également condamnées par l’ONU, bien qu’elle ait de son côté nié toute responsabilité.
En plus de sept ans de guerre au Yémen, l’ensemble des acteurs du conflit ont été accusés de «crimes de guerre» par des experts de l’ONU. Mise en cause pour de multiples «bavures», la coalition a reconnu des «erreurs» mais accuse la partie adverse d’utiliser les civils yéménites comme boucliers humains. Selon l’ONU, le conflit au Yémen a fait 377 000 morts et poussé les 30 millions d’habitants du pays au bord de la famine.

Comments (0)
Add Comment