Balance commerciale : Le déficit plonge à fin septembre

Dans son récent bulletin sur les indicateurs mensuels des échanges extérieurs, l’Office des changes explique que par rapport à fin septembre 2019 (période avant la crise liée à la pandémie du nouveau coronavirus), les exportations ont progressé de 8,7%, alors que les importations ont affiché une hausse de 4,2%, indique la même source.
Ce bulletin fait également ressortir que l’accroissement des importations de marchandises fait suite à l’augmentation des achats de l’intégralité des groupes de produits, principalement, des produits finis de consommation (+24,88 Mrds DH), des demi produits (+16,44 Mrds DH) et des produits énergétiques (+13,86 Mrds DH).
La hausse des importations des produits finis de consommation (+37,3%) est due principalement à l’augmentation des achats des voitures de tourisme (+4,97 Mrds DH), ceux des parties et pièces pour voitures de tourisme (+4,56 Mrds DH) et ceux des médicaments et autres produits pharmaceutiques (+3,85 Mrds DH), attribuable aux achats de vaccins anti-Covid19. Ainsi, la part des achats des produits finis de consommation dans le total des importations passe de 21,5% à fin septembre 2020 à 23,9% à fin septembre 2021. De son côté, la facture énergétique a augmenté de 36,8%. Cette évolution est due à la hausse des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils (+7,03 Mrds DH) tributaire de l’accroissement des prix de 27,6%, conjugué à l’élévation des quantités importées de 9,9%. Les importations de ce produit à fin septembre 2021 demeurent, toutefois, inférieures à celles affichées durant la même période entre 2017 et 2019.
Pour ce qui est des exportations, leur accroissement concerne la totalité des secteurs, à savoir les phosphates et dérivés (+44,6%), les autres extractions minières (+46,5%), l’électronique et l’électricité (+33,3%), le textile et cuir (+19,9%), l’automobile (+16,4%), l’aéronautique (10,4%) et l’agriculture et agro-alimentaire (+10%).
De son côté, le flux net des investissements directs étrangers (IDE) a atteint près de 14,19 Mrds DH au titre des neuf premiers mois de cette année, en hausse de 16,2% par rapport à la même période un an auparavant. Cette évolution est attribuable à une croissance des recettes de 13,6% à 22,36 Mrds DH plus importante que celle des dépenses (+9,3% à 8,18 Mrds DH).
Quant aux investissements directs marocains à l’étranger (IDME), ils se sont situés à 13,13 Mrds DH à fin septembre, soit le plus haut niveau atteint durant la même période au titre des cinq dernières années, affichant une hausse de près de 7,51 Mrds DH par rapport à la même période de l’année 2020.
En parallèle, les cessions de ces investissements ont porté sur un montant de 10,24 Mrds DH en hausse de 7,65 Mrds DH. Ainsi, le flux net des IDME a baissé de 4,9%. Enfin, les transferts de fonds effectués par les Marocains Résidant à l’Étranger (MRE) se sont chiffrés à 71,88 Mrds DH au cours des neuf premiers mois de cette année, contre 50,46 Mrds DH à fin septembre 2020. Ces transferts ressortent ainsi en hausse de 42,5% ou de 21,42 Mrds DH.
Le bulletin de l’Office fait aussi état d’un excédent de la balance des échanges de services en hausse de 4,9% pour la première fois depuis le début de la crise liée à la pandémie du nouveau coronavirus (46,53 Mrds DH). Ainsi, les exportations se sont améliorées de 6,7% pour se situer à 101,25 Mrds DH à fin septembre 2021, tandis que les importations ont augmenté de 8,3% à 54,71 Mrds DH. Les voyages, principale composante des échanges de services, ont affiché un solde excédentaire en baisse de 6,7%, attribuable, principalement, au recul des recettes voyages de 6,1% à 24,74 Mrds DH à fin septembre 2021. En parallèle, les dépenses voyages ont, quant à elles, reculé de 4,7%.

Comments (0)
Add Comment