Comment la coalition internationale explique le retrait de ses forces en Irak

Les forces de la coalition antiterroriste internationale se retirent d’Irak selon un plan préétabli et la pandémie de coronavirus n’y est pour rien, a annoncé dimanche 29 mars le site Baghdad Al-Youm, se référant au porte-parole de la coalition, Vincent Parker.

«Après les succès enregistrés par les forces irakiennes de sécurité dans la lutte contre les membres du groupe terroriste Daech, les forces de la coalition procèdent au redéploiement de leurs unités en Irak. Ce processus a été prévu d’avance, il n’a aucun lien avec les attaques contre les bases de la coalition ni avec la situation relative à la propagation du coronavirus en Irak», a indiqué V. Parker.

La coalition a annoncé ce dimanche 29 mars avoir remis à l’armée irakienne la base militaire située dans la province de Kirkouk, dans le nord du pays. Le 26 mars, le contingent étranger a quitté la base aérienne de Qayyarah, non loin de Mossoul.

En février, le Comité irakien pour la défense et la sécurité a annoncé que la coalition internationale avait suspendu ses opérations sur le sol irakien et se préparait à retirer ses troupes du pays.  

Cette annonce a été faite un mois après l’élimination du commandant de la Force iranienne Al-Qods, le général Qassem Soleimani, dans une frappe américaine près de l’aéroport de Bagdad.

Téhéran a réagi à cet assassinat par des frappes contre deux sites irakiens utilisés par l’armée américaine: la base Al-Asad et l’aéroport d’Erbil.

Les actions des États-Unis, qui portent des frappes contre les groupes chiites en Irak depuis le 29 décembre, ont suscité le mécontentement des autorités irakiennes. Le 5 janvier, le parlement irakien a adopté une résolution exigeant le départ de toutes les forces étrangères du pays.

Comments (0)
Add Comment