Crise OTAN-Russie : B. Sanders critique vertement l’administration US

Dans une tribune publiée dans The Guardian le 8 février intitulée «Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter une guerre extrêmement destructrice en Ukraine», le sénateur indépendant du Vermont B. Sanders s’inquiète de la situation en Europe de l’Est et dénonce l’attitude des Etats-Unis.
Celui qui termina en deuxième position des primaires démocrates de 2016 et 2020 commence son propos par une mise en garde : «Les guerres ont des conséquences inattendues. Elles se déroulent rarement comme les experts nous le disent. Il suffit de demander aux responsables qui ont présenté des scénarios optimistes pour les guerres du Vietnam, d’Afghanistan et d’Irak, pour s’apercevoir qu’ils avaient terriblement tort.» Il appelle par conséquent à «travailler dur pour parvenir à une résolution […] qui soit acceptable pour l’Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et [leurs] alliés européens – et qui empêche ce qui pourrait être la pire guerre européenne depuis plus de 75 ans».
B. Sanders met également en garde contre les politiques de sanctions contre la Russie et la réponse de Moscou, qui pourraient selon lui «entraîner un bouleversement économique massif, avec des répercussions sur l’énergie, les banques, l’alimentation et les besoins quotidiens des gens ordinaires dans le monde entier». «Il est probable que les Russes ne seront pas les seuls à souffrir des sanctions», prévient encore le sénateur.
Tout en affirmant sans ambages que «la personne qui est la plus responsable de cette crise imminente» est le président russe Vladimir Poutine, le politicien américain se dit «extrêmement inquiet» lorsqu’il «entend les tambours familiers de Washington, la rhétorique belliqueuse qui est amplifiée avant chaque guerre, exigeant que [les Etats-Unis fassent] « preuve de force »».
«Un refus simpliste de reconnaître les racines complexes des tensions dans la région sape la capacité des négociateurs à parvenir à une résolution pacifique», poursuit le président du Comité sénatorial du budget des Etats-Unis, en revenant sur l’élargissement de l’OTAN aux pays de l’ex-Union soviétique, ce que la Russie considère comme étant une menace pour sa sécurité – des préoccupations que B. Sanders considère être «légitimes».

Comments (0)
Add Comment