Dans le Basketball, la tutelle cautionne l’indicible : Une bérézina sportive !

Chaotique sur tous les plans, le basketball s’embourbe de plus en plus dans la fange. Les réformes tant revendiquées par des clubs sont tombées à l’eau à cause d’un ministère qui cautionne les dysfonctionnements voire les malversations financières. Ce qui s’est passé hier lors d’un matche dit de Play-out n’est qu’une goutte qui a fait déborder un vase déjà trop plein.

La rencontre qui a mis aux prises le Chabab Rif d’El Hoceima à l’Amal d’Essaouira pour le compte du Play-out de la Division Excellence a vu les joueurs d’El Hoceima se complaire durant la rencontre, au su et au vu des arbitres qui devaient siffler l’arrêt du matche. Le comportement des joueurs du Chabab Rif d’El Hoceima est inadmissible et va à l’encontre du fair-play et de l’éthique. Pourquoi l’équipe du CRA a-t-elle voulu perdre ?
Chez les fins connaisseurs du basketball, il ne faut pas être un Grand clerc pour deviner les manigances et les combines. Le CRA a sciemment perdu pour éviter de croiser le fer avec le RCA, l’autre prétendant à la montée à l’Excellence. Et comme le président du CRA n’est que le président du Comité Directeur de la FRMBB tout comme le président du RCA, un dirigeant qui a des antécédents judiciaires, qui est le trésorier général du Comité Directeur Fédéral. S’assurer le maintien du CRA et la montée en Excellence du RCA sont les desseins des deux dirigeants de la fédération. Car le fait de ne pas s’affronter permettra de désigner des arbitres qui se chargeront de sales besognes comme l’a fait le président illégal de la FRMBB pour son club avant le Play-out contre le club de M’Rirt et d’El Hajeb voire de l’IRT.
Déjà tout est contesté dans cette fédération de basketball.Car le président est poursuivi en justice pour malversations financières et dilapidation de deniers publics. Charges que même le ministère de tutelle fait peser sur ledit quidamvia le Comité Provisoire, un comité directeur fédéral illégal élu lors d’une Assemblée Générale dont la tenue a été suspendue par le référée du Tribunal de Première Instance de Rabat. N’oublions pas que le Comité directeur qui est composé de présidents de clubs les plonge dans une situation de conflits d’intérêts, une situation sportive catastrophique que l’on retrouve même au niveau des ligues régionales qui brassent du vent et n’organisent même pas des championnats pour les jeunes.
Voilà le descriptif alarmant en digest de la situation de la Fédération de Basketball gérée par des apprentis sorciers que le ministère couvre à des fins extra-sportives ! Une fédération animée par des énergumène qui ne voit en cette discipline que ce qui est de nature à faire remplir leur panier d’intérêts…
Tout cela pousse à la contestation. Ainsi, les clubs qui revendiquent les réformes s’apprêtent officiellement à ester en justice le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Othmane El Firdaouss qui aurait décidé d’allouer une subvention à cette fédération, présidée par un président que le ministère poursuit pour malversations financières et dilapidation de deniers. Un ministre qui déconsidère la bonne gouvernance si elle dépasse le stade discursif et qui voue aux gémonies le sacro-saint principe de reddition des comptes. El Ferdaous a créé de la sorte son propre paradis, lequel est pavé de mauvaises intentions puisque marqué au fer de la prévarication et de l’impunité. Qui dit mieux !

Comments (0)
Add Comment