Droit au Travail : Les femmes toujours pénalisées

En 2019, le Maroc comptait 17,9 millions de femmes (50,3%) dont 13,4 millions de femmes sont en âge d’activité (15 ans et plus). L’analyse de la situation des femmes vis-à-vis du marché du travail révèle une faible participation de ces dernières à l’activité économique.

En effet, le taux d’activité des femmes n’est que de 21,5%, largement en deçà de celui des hommes (71%). Ce taux enregistre 27,1% en milieu rural contre 18,5% en milieu urbain.  Les femmes en dehors du marché de travail, au nombre de 10,5 millions, représentent 78,5% de la population féminine âgée de 15 ans et plus (81,5% en milieu urbain et 72,9% en milieu rural). La majorité d’entre elles sont des femmes au foyer (75,2%) ou des élèves ou étudiantes (14,1%). Selon le HCP, le phénomène de chômage touche les femmes plus que les hommes, avec des taux de chômage respectifs de 13,5% et de 7,8%.

Dans les villes, le taux de chômage des femmes est plus que le double de celui des hommes avec respectivement 21,8% et 10,3%, précise le HCP qui relève aussi que le volume des femmes en situation de chômage s’établit à 388.000 personnes, soit 35% du volume global du chômage. 

L’analyse du profil des femmes en chômage révèle que près de 8 femmes en chômage sur 10 (82,6%) sont âgées de moins de 35 ans et environ 9 sur 10 (88,1%) sont diplômées. Aussi, les trois-quarts de ces dernières (75,9% contre 63,5% pour les hommes) chôment depuis plus d’une année et 69% sont des primo-demandeuses d’emploi (contre 50,9% pour les hommes).

Emploi précaire 

Selon le HCP, les femmes sont plus présentes dans le secteur de « l’agriculture, forêt et pêche » avec une part de 46,9% de l’emploi féminin. Le secteur des « services » constitue le deuxième secteur pourvoyeur d’emplois pour les femmes avec une proportion de 38,5% et celui de « l’industrie y compris l’artisanat » contribue avec 14% des postes d’emploi féminins.

Cette structure de l’emploi cache des disparités par milieu de résidence. En effet, en milieu rural, la majorité des postes féminins relèvent de « l’agriculture, forêt et pêche » (90,7%); alors qu’en milieu urbain, les femmes exercent principalement dans le secteur des « services » (71%). Pour les hommes, la structure de l’emploi par secteur d’activité économique est sensiblement différente de celle des femmes.

Le secteur des BTP, quasiment absent en matière d’offre d’emplois féminins, constitue un important secteur pourvoyeur d’emploi pour les hommes, surtout en milieu urbain avec une part de 14,5%. L’analyse de la structure des femmes actives occupées selon les grands groupes de professions révèle que plus d’un tiers (37,7%) sont des ouvrières ou manœuvres agricoles ou de la pêche, 13,2% des manœuvres non agricoles, manutentionnaires des petits métiers, 11,2% des employées, 10,8% des artisanes ou ouvrières qualifiées des métiers artisanaux et 9% des exploitantes agricoles, pêcheuses, forestières ou chasseuses.

La structure des emplois féminins par grands groupes de professions est sensiblement différente selon le milieu de résidence. En milieu rural, 72,9% des femmes actives occupées travaillent comme ouvrières ou manœuvres de l’agriculture ou de la pêche et 17,7% comme exploitantes agricoles, pêcheuses, forestières ou chasseuses.

Par contre, en milieu urbain, 23,4% des femmes exercent leur activité en tant que manœuvres non agricoles, manutentionnaires des petits métiers, 21% en tant qu’employées, 17,5% artisanes ou ouvrières qualifiées des métiers artisanaux et 15% cadres supérieures et membres des professions libérales. La structure de l’emploi féminin selon le statut professionnel, diffère elle aussi d’un milieu de résidence à l’autre.

Ainsi, en milieu rural, les femmes sont principalement des aides-familiales (70%) ou indépendantes (19,7%) ; alors qu’en milieu urbain, plus de 8 femmes actives occupées sur 10 (81,2%) sont des salariées et 12,2% des indépendantes.

Comments (0)
Add Comment