Les forces spéciales algériennes pistent daech à Bouira

Les opérations militaires qui débordent la région de Bouira, dans le centre de l’Algérie, ciblent principalement les éléments de Wilayat al jazaer et sa branche armée « Jund Al Khilafah », affiliés à l’EI. Pas moins de1400 éléments des commandos et des autres troupes spéciales ont été engagés dans cette vaste opération jugée par les sécuritaires algériens la plus importante action militaire dans la région depuis 2014.
Les opérations ciblent les hauteurs des Bibans, au sud de Bouira, pour traquer les cellules armées de l’EI algérien, détruire ce qui peut leur servir de base centrale et, surtout, décapiter cette organisation en éliminant son chef. Justement, ce groupe terroriste, depuis la liquidation de Abdelmalek Gouri et de son remplaçant à la tête de Jund Al Khilafah, Othman Al Assimi, garde secret dans ses échanges écrits (découverts lors des dernières opérations) l’identité de son nouveau chef, se contentant de citer «wali al jazaer».
Certains indices, rapporte les médias algériens, laissent penser qu’il s’agirait de cheikh Abdelhakim, 39 ans, anciennement «adjoint» de l’émir de la katiba Al Farouk, qui a rejoint l’EI en délaissant AQMI. Mais l’information reste non encore confirmée. Par ailleurs, un des points importants de l’opération de Bouria reste, selon les mêmes sources, l’élimination de Abderrahmane Al Motawakil, responsable de la «prédication» de Jund Al Khilafah et un des exécutants du rapt et de l’assassinat d’Hervé Gourdel. Il avait été l’un des adjoints directs de Gouri, selon nos sources.
Comments (0)
Add Comment