Gisement de gaz libanais : Israël jette son dévolu sur le périmètre contesté de Karish

Dimanche 5 juin, la plateforme FPSO, unité flottante de production, de stockage et de déchargement, de la société Energean Power, a jeté l’ancre dans le champ gazier de Karish, ont rapporté des médias libanais. Deux autres navires y sont installés, l’un pour lutter contre les incendies et l’autre pour le transport des équipes et des employés.

Ce gisement qui se trouve dans le cadre de la ligne 29 de démarcation frontalière maritime avec la Palestine occupée revendiquée par le Liban fait l’objet de tractation avec les Israéliens sous la médiation de l’Onu et des Etats-Unis depuis 2021.

« Les négociations pour délimiter les frontières maritimes du sud sont toujours en cours, et toute action ou activité dans la zone contestée constitue une provocation et un acte hostile », a déploré le communiqué de la présidence libanaise, dimanche, après une rencontre entre Miche Auon, chef de l’Etat libanais et le Premier ministre par intérim Najib Mikati, avec lequel il a discuté de cet « acte hostile ». La présidence libanaise « a demandé au commandement de l’armée de lui fournir des données précises et officielles pour approfondir la question », précise le texte.

Le président M. Aoun rappelle, par ailleurs, avoir envoyé « il y a plusieurs semaines » une lettre aux Nations unies qui rappelle que le champ gazier de Karish se trouve dans la zone contestée et que Beyrouth « tient au respect de ses droits sur ses ressources offshore ». Dans cette missive, « le Liban demandait au Conseil de sécurité de réclamer à Israël de ne pas forer dans les zones controversées, ce qui pourrait constituer une menace pour la sécurité des deux pays ».

Le Premier ministre sortant a accusé, de son côté, Israël de chercher à provoquer « une nouvelle crise » avec le Liban en « empiétant sur ses ressources offshore » et en cherchant à « imposer un fait accompli ».
« Cela est extrêmement dangereux et pourrait créer des tensions dont personne ne peut prévoir les répercussions. Nous mettons en garde contre les répercussions d’une telle procédure avant la fin de la mission du médiateur américain Amos Hochstein, dont la reprise est très importante »,
a déclaré N. Mikati. « Nous appelons l’ONU et toutes les parties concernées à comprendre la situation et obliger l’ennemi israélien à arrêter ses provocations », a-t-il ajouté.

Selon le site spécialisé « Offshore Energy », la plateforme d’Energean, construite spécialement pour le champ de Karish, devrait permettre à l’entité sioniste d’obtenir ses premières livraisons de gaz d’ici le 3e trimestre 2022 « Il lui faut deux à trois mois pour entamer la production », a mis en garde Laury Haytayan, experte en géopolitique des hydrocarbures, qui a reproché au chef de l’Etat de ne pas avoir signé l’amendement du décret 6433 qui accorde au Liban 1400 km2 supplémentaires, au vu de la ligne 29.
Selon elle, le Liban a « perdu la plus importante carte de négociation. »

A signaler que pour le deuxième jour consécutif, une force israélienne a franchi la barrière technique puis est entrée dans une zone située entre Kroum al-Sharqi et Kroum al-Marah, à la frontière sud de Mays al-Jabal, localité frontalière du sud du Liban avec la Palestine occupée. Elle y a procédé à des activités de ratissage sans pour autant violer la ligne bleue, signale al-Manar TV.  La force de samedi était formée de 18 soldats israéliens et d’un chien, celle de ce dimanche de 14 soldats. L’un des soldats sionistes a tiré un coup de feu en l’air pour intimider les jeunes hommes qui se trouvaient près d’un attroupement israélien, sous la protection du char Merkava.

Comments (0)
Add Comment