Guerre au Yémen : Sanaa riposte et cible Riyad et Abou Dhabi

Le général Yehya Sarii, porte-parole des forces armées yéménites, a annoncé lundi 24 janvier le lancement d’une opération à grande échelle en riposte aux crimes de la coalition saoudo-émirati-US contre le peuple yéménite.
L’opération baptisée « Ouragan du Yémen 2 » a visé les profondeurs de l’Arabie saoudite et des Emirats.
« La base aérienne d’Al Dhafra et d’autres cibles sensibles dans la capitale de l’ennemi des Émirats arabes unis ont été visées par un grand nombre de missiles balistiques de type Zulfiqar », a précisé Y. Sarii. Lequel a précisé que « plusieurs drones de type Sammad 3 ont également ciblé des sites vitaux et importants à Dubaï ».
En réaction, l’ambassade des USA aux Émirats arabes unis a appelé tous ses citoyens à faire preuve d’un haut niveau de vigilance.
Le général Sarii a en outre fait état d’une opération aux drones et aux missiles balistiques contre plusieurs bases militaires et des sites sensibles à Jizane, Najrane et Asir, dans le sud de l’Arabie.
La région de Sharurah, dans la province saoudienne de Najrane a subi les tirs des forces armées yéménites. « Les régions de Sharurah et Kharakhir requièrent une importance, vu qu’elles regroupent une base militaire américaine pour les drones et un centre de soutien logistiques pour les forces de la coalition ».
Le Yémen a subi des raids aussi incessants que meurtriers ces derniers jours. La coalition dirigée par l’Arabie a bombardé les quartiers résidentiels et les infrastructures civiles de la capitale Sanaa, la prison centrale à Saada et le bâtiment de télécommunication à Hodeïda. Plus d’une centaine de personnes ont été tuées et blessées, dont plusieurs enfants. En guise de riposte, les forces de Sanaa avaient ciblé, lundi 17 janvier, des installations vitales à Abu Dhabi et Dubaï.
Pour rappel, les Émirats arabes unis ont annoncé avoir détruit lundi deux missiles balistiques tirés depuis le Yémen, a déclaré le ministère émirati de la Défense. Trois personnes ont été tuées et six autres blessées lundi dernier après que trois camions-citernes transportant du carburant ont été détruits par des drones près de l’aéroport d’Abou Dhabi, une attaque revendiquée par Sanaa.
Les médias officiels saoudiens ont rapporté dimanche qu’un missile balistique tiré par les Houthis avait frappé le sud de l’Arabie saoudite, blessant légèrement deux personnes.

MSF accuse Riyad
Médecins sans frontières a accusé la coalition saoudienne d’avoir mené le raid aérien contre la prison de Saada dans le nord du Yémen, vendredi 21 janvier, alors que Riyad tente de s’en disculper. « Personne ne peut contester qu’il s’agissait d’une frappe aérienne, tout le monde à Saada l’a entendue », a déclaré un membre du personnel de MSF, cité dans un communiqué de presse de l’ONG.
La coalition qui mène depuis 2015 une guerre sans merci contre le Yémen avait revendiqué la frappe contre les installations de communication de la ville portuaire de Hodeida, perpétrée un jour plus tôt et qui avait tué au moins trois enfants qui jouaient dans un terrain de football, selon Save the Children. « Il s’agit de la dernière d’une longue série de frappes aériennes injustifiables de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite contre des écoles, des hôpitaux, des marchés, des mariages et des prisons », a pour sa part accusé Ahmed Mahat, chef de la mission MSF au Yémen.
L’ONG, accuse la coalition d’avoir déjà bombardé « cinq fois les structures et les hôpitaux de MSF soutenus par MSF, ainsi que de nombreuses autres cibles civiles ». Selon MSF, la frappe a causé la mort de 70 personnes et blessé 138 autres.
Le dimanche 23 janvier, lors de sa visite à la prison, Caterina Ritz, représentante de la Commission de la Croix rouge au Yémen, s’est déclarée horrifiée par ce qu’elle a découvert.

Comments (0)
Add Comment