La Chine fait pression sur Taïwan : Des manœuvres d’ampleur prévues par l’armée chinoise

Selon le ministère chinois de la Défense, l’armée chinoise organisera des exercices aériens et navals le 15 avril dans la région de Taïwan, notant qu’ils sont dirigés contre les « faux signaux » des États-Unis sur la question taïwanaise.
« Des destroyers, des frégates, des bombardiers, des chasseurs et d’autres forces y participeront », a indiqué un communiqué du ministère chinois de la Défense.
« Ces mesures sont dirigées contre les signaux erronés répétés des États-Unis sur la question de Taiwan », a souligné le communiqué chinois.

Wu Qian, porte-parole du ministère chinois de la Défense, avait plus tôt dans la journée, souligné que l’Armée populaire de libération de Chine prendrait toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder la souveraineté et réprimer résolument toute ingérence extérieure. Il commentait la visite à Taïwan, Le 14 avril, d’une délégation de 6 législateurs américains démocrates et républicains, dirigée par le républicain Lindsey Graham.
« Les mesures américaines violent gravement le principe d’une seule Chine et la déclaration tripartite sino-américaine, elles sapent gravement le fondement politique des relations sino-américaines et aggravent les tensions dans le détroit de Taiwan», a-t-il déploré.

Vendredi, un porte-parole de la partie continentale de la Chine a exhorté le gouvernement américain à respecter son engagement à ne pas soutenir « l’indépendance de Taiwan » par des actions concrètes, au lieu de dire une chose et d’en faire une autre.

Depuis quelque temps, l’administration et le Congrès des Etats-Unis réalisent des provocations répétées sur la question de Taiwan et jouent de plus en plus la « carte de Taiwan », tentant d’ «utiliser Taiwan pour contenir la Chine » et d’entraver la réunification complète de la Chine et son processus de renouveau national, a déclaré Ma Xiaoguang, porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d’Etat.

Jeudi, Jake Sullivan, conseiller américain à la sécurité nationale, a déclaré que les autorités de son pays prendraient toutes les mesures possibles pour empêcher la réunification forcée de Taïwan avec la Chine. Il a souligné lors de sa participation à une conférence organisée par l’Economic Club à Washington que « notre politique générale est que nous prendrons toutes les mesures possibles pour que cela n’arrive jamais », ajoutant dans ce contexte : « Bien sûr, nous avons exprimé notre inquiétude au sujet des mesures prises unilatéralement par la Chine pour changer le statu quo, et nous pensons qu’ils surveillent de près ce qui se passe en Ukraine afin d’en tirer des leçons en général ».

Le mois de mars dernier, le ministère chinois de la Défense avait affirmé qu’« aucune force ne peut empêcher la réunification de la Chine et de Taïwan ».

Lors d’une rencontre virtuelle sur le web avec son homologue américain Joe Biden, le président chinois Xi Jinping l’avait mis en garde que « le problème de Taiwan doit être correctement traité afin d’éviter tout impact négatif sur les relations sino-américaines ».

Taïwan est l’une des principales causes de conflit entre Pékin et Washington. Les USA étant est le principal fournisseur d’armes de cette ile et pourrait être son plus grand allié militaire dans un conflit de guerre hypothétique avec la Chine.

La Chine, qui revendique la souveraineté sur l’île, considère Taïwan comme une province rebelle depuis que les nationalistes du Kuomintang s’y sont retirés en 1949 après avoir perdu la guerre civile contre les communistes.

Graham a averti vendredi, depuis Taïwan, que la Chine doit payer un plus grand prix pour son soutien à la Russie en pleine guerre avec l’Ukraine.  Au cours d’une rencontre avec la présidente Tsai Ing-wen, L. Graham a assuré que les Etats-Unis se tenaient « aux côtés de Taïwan» que la Chine considère comme faisant partie de son territoire et dont elle menace de s’emparer par la force si nécessaire. « Abandonner Taïwan signifierait abandonner la démocratie et la liberté … Cela reviendrait à récompenser le pire dans l’humanité », a-t-il dit. Il a prévenu que les Etats-Unis « commenceraient à faire en sorte que la Chine paie un plus grand prix pour ce qu’elle fait dans le monde. Le soutien (au président russe Vladimir) Poutine doit avoir un prix », a-t-il ajouté, rapporte l’AFP.

L’intervention de la Russie en Ukraine, que Pékin a refusé de condamner, a augmenté les craintes que la Chine ne décide de mettre à exécution ses menaces d’annexer l’île. La sécurité de Taïwan est un enjeu qui concerne le monde entier, car l’île produit 90% des semi-conducteurs haut de gamme indispensables à l’économie, a relevé lors d’une conférence de presse le sénateur Bob Menendez, président de la commission des affaires étrangères du sénat américain qui fait partie de la délégation.

A la question de savoir si les Etats-Unis enverraient des militaires pour défendre Taïwan en cas d’attaque chinoise, L. Graham a répondu que « toutes les options sont sur la table ».

Comments (0)
Add Comment