Le chef du gouvernement pakistanais en veut aux USA : Une « révolution de couleurs » à Islamabad ?

« J’annonce au peuple que j’ai reçu une lettre de menace des USA », a fait savoir le Premier ministre pakistanais. Dans un discours diffusé à la télévision officielle, il a ajouté que « les USA ont menacé de renverser mon gouvernement pour avoir refusé d’établir des bases militaires US sur notre sol. »

I. Khan a accusé Washington de « soutenir l’opposition » soulignant qu’il « jouerait le jeu jusqu’au bout » et attendrait jusqu’à dimanche pour voir ce que « le vote au Parlement apportera ». Il a noté qu’il ne se pliera devant personne. « Je ne permettrai pas à mon peuple de se plier devant qui que ce soit, et je ne permettrai jamais à l’opposition de réussir », a-t-il clamé. « Pendant la soi-disant guerre contre le terrorisme, le Pakistan a été humilié. J’ai assisté comment notre pays qui s’était hissé à un niveau compétitif par rapport à de nombreux pays, s’est par la suite effondré pour atteindre un niveau humiliant par rapport au reste du monde», a-t-il martelé.

Le discours du Premier ministre pakistanais est intervenu après l’ouverture des séances de discussions au Parlement pour voter une motion de censure à son égard, vote reporté à dimanche prochain. Qassem Khan Suri, vice-président du Parlement, a justifié le report pour pouvoir discuter d’autres points à l’ordre du jour avant d’envisager un vote de motion de censure.

A noter que le gouvernement de Khan fait face à une menace croissante de la part des talibans, qui ont annoncé mercredi leur intention de lancer une attaque contre les forces de sécurité au début du mois de Ramadan Béni.

 

Comments (0)
Add Comment