Le coronavirus cloue la formule dans les paddocks

Avec la pandémie du Covid 19, et à l’instar de toutes les manifestations sportives, la formule 1 marque, à son tour, le pas. On sentait la grogne monter chez les pilotes, mais il a fallu attendre la sortie de Lewis Hamilton lors d’une conférence de presse pour que la FIA décide, en toute logique, d’annuler le grand prix d’Australie prévu pour ce week-end. Très critiquée car trop tardive, leur décision reflète les enjeux colossaux de l’annulation d’une telle manifestation. 

Pour Ross Brawn, directeur sportif de la F1 et ancien patron de Brawn GP, les instances dirigeantes ont voulu « rester optimistes avant le début de saison, (…). Et de justifier leur retard à l’allumage en déclarant que « la décision de partir en Australie a été prise trois ou quatre semaines avant la course, alors que la situation sanitaire était différente. (…) personne ne pouvait anticiper la vitesse de propagation de l’épidémie, le monde entier a été surpris ». Il est tout de même revenu sur les conséquences de cette annulation en ajoutant que le grand prix d’Australie « est un superbe Grand Prix pour lancer la saison, il a un impact économique fort ». Bien entendu il ne pouvait passer sous silence la décision de Maclaren de se retirer en déclarant « que  lorsqu’un membre d’une écurie a été infecté et que son équipe ne pouvait plus participer, nous nous sommes retrouvés face à un problème à résoudre. »

Compte tenu de la propagation du virus, il a été décidé de reporter les grands prix de Bahreïn prévu pour le 22 mars et du Vietnam le 5 avril à une date ultérieure sans autres précisions. Pour les organisateurs à Hanoï, c’est une grande déception puisque c’est la première fois de son histoire que cette ville accueille une manifestation de cette ampleur. 

Entre annulation et reports, la FIA prévoit le début du championnat sur les circuits européens au mois de mai. D’ici là, les inconditionnels de cette discipline doivent s’armer de patience et croiser les doigts pour entendre les bolides rugir probablement à Zandvoort au pays Bas ou à Barcelone.  Mais là aussi, la prudence est de mise car la pandémie gagne du terrain en Europe.

Comments (0)
Add Comment