Les OVNI sous les radars des services US : Plus obscur que clair…

Les services du renseignement US ont présenté vendredi 25 juin, les conclusions d’un rapport portant sur l’observation d’objets volants non-identifiés entre 2004 et 2021.

Il n’y a « probablement pas une explication unique » à ces phénomènes, précise ce rapport publié par les services du Bureau du directeur du renseignement national en collaboration avec un groupe de travail sur les PAN ( pour« objets volants non identifiés ») dirigé par la marine US.
« Nous n’avons actuellement pas suffisamment d’information dans nos bases de données pour attribuer ces incidents à des causes spécifiques» relève le rapport qui ne fait aucune mention explicite à la possibilité que ces phénomènes soient liés à une vie extraterrestre. Mais il ne l’exclut pas non plus.
Dans ce dossier qui recense des incidents qui se sont produits entre 2004 et 2021, les services de renseignement américains reconnaissent n’avoir aucune explication à plus de 140 phénomènes. Mais l’ensemble des informations recueillies reste « largement non concluant », disent-ils.Sur 144 incidents étudiés, un seul a pu être expliqué : il s’agissait d’un gros ballon qui se dégonflait. Dix-huit d’entre eux montraient des mouvements ou caractéristiques de vols inhabituels qui ont surpris ceux qui les ont observés.
Les accélérations des objets filmés par les pilotes et leur capacité à changer de direction sont en effet difficiles à expliquer.Certains pourraient s’expliquer par la présence de drones ou d’oiseaux créant la confusion dans les systèmes radars des militaires américains. D’autres pourraient découler de tests d’équipements ou de technologies militaires effectués par d’autres puissances, comme la Chine ou la Russie.
La curiosité à l’égard de ces phénomènes a été attisée par la publication l’an dernier de vidéos prises par des pilotes de l’US Navy, qui montraient des rencontres en vol avec ce qui semble être des ovnis. Une de ces vidéos date de novembre 2004 et les deux autres de janvier 2015.
Le Congrès US avait ordonné l’an dernier à l’exécutif d’informer le grand public sur les activités de l’unité du Pentagone chargée d’étudier ces phénomènes.L’armée US qui a travaillé à l’ombre sur ce sujet cherche à déterminer si ces phénomènes peuvent être liés à des menaces contre les États-Unis.
Les services de renseignement américains craignent que la Chine ou la Russie testent des technologies hypersoniques, se déplaçant à 10, voire 20 fois la vitesse du son, et très manœuvrables, selon un des responsables américains cités dans la presse américaine.Selon Mark Warner, le président de la commission du renseignement du Sénat, le nombre de ces incidents tend à augmenter depuis 2018.« Ce rapport qui n’apporte pas de conclusion claire n’est que le commencement d’efforts destinés à expliquer ce qui cause des risques pour l’aviation dans de nombreuses zones du pays et du monde », a-t-il dit dans un communiqué. Tout en ajoutant que « les États-Unis doivent être capables de comprendre et de réduire les menaces qui pèsent sur nos pilotes, qu’elles proviennent de drones, de ballons météorologiques ou de capacités de renseignement de nos adversaires. »

Comments (0)
Add Comment