Lutte anti-terroriste : L’action du Maroc louée à l’ONU

Cette lettre, préparée par l’équipe d’appui analytique et de surveillance des sanctions, fait état des efforts du Maroc dans la lutte contre les organisations terroristes. Le document, daté du 3 février, affirme que « les autorités marocaines sont préoccupées par le caractère inattendu de la menace que représentent l’Etat islamique et Al-Qaïda et ce, malgré les succès qu’ils ont obtenus dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et qui conduit régulièrement à la répression des activités terroristes ».
La lettre précisait que 3 cellules de l’EI ont été démantelées entre juin et octobre. Parmi elles se trouve la cellule d’Errachidia, dont l’organisation a été anéantie le 14 septembre et qui comprenait sept individus planifiant des attaques contre des cibles gouvernementales. Au cours de cette même période, un certain nombre de personnes (loups solitaires) agissant seules ont été arrêtées après avoir été inspirées de l’idéologie de l’extrémisme, selon ce même message. Le Maroc poursuit inlassablement ses efforts de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme de l’EI et il a la large capacité de lancer des frappes préventives contre les cellules terroristes et à les démanteler. En parallèle poursuit le document, le Royaume a l’aptitude et la compétence de lancer des programmes de réconciliation.
L’un de ces programmes justement, vise à la réhabilitation intellectuelle des détenus dans des affaires de terrorisme, ce qui aboutit à l’amnistie d’un certain nombre d’entre eux et à leur réinsertion dans la société. Un rapport du ministère de l’Intérieur, présenté par Abdellouafi Laftit lors de la discussion du projet de loi de finances pour l’année 2022 devant la Chambre des représentants, indiquait que les frappes préventives menées par des intérêts sécuritaires ont contribué à l’échec d’un groupe de projets criminels et d’opérations terroristes, et il a également réussi à démanteler un certain nombre de cellules avant de mener ses opérations. Selon le ministre de l’Intérieur, 3 cellules ont été démantelées et 15 membres ont été arrêtés en 2021, et 7 cellules ont été démantelées en 2020, supposées être liées à l’EI.
Cela a permis de déjouer des plans terroristes visant à nuire à la sécurité du Royaume et à le déstabiliser. Dans ce même rapport il est indiqué que leurs membres prévoyaient de cibler les installations sécuritaires et militaires, ainsi que les employés travaillant dans les établissements publics et les administrations. Ils prévoyaient de s’y attaquer en utilisant les méthodes des loups solitaires (terrorisme individuel, Intoxication, liquidation physique…). L’objectif avoué pour certains d’entre eux, rejoindre les camps terroristes de la région du Sahel afin de mener des opérations de combat.
En octobre dernier à l’ONU, le Maroc condamnait le terrorisme dans toutes ses formes et manifestions car le Royaume estimait qu’il ne pouvait y avoir aucune justification à ce crime. « Le terrorisme constitue une menace grave à la paix et sécurité internationales, met en danger la stabilité des pays et porte atteinte à la souveraineté, à l’intégrité territoriale ainsi qu’à l’unité́ nationale des États Membres des Nations Unies ». Le Maroc avait alors réitéré son plein engagement dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.
En juin 2021, Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et Vladimir Voronkov, Secrétaire général adjoint du Bureau des Nations Unies contre le terrorisme (UNOCT), avaient inauguré à Rabat, le Bureau du programme de l’ONU pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique. Le Maroc s’est investi à élaborer et à mettre en œuvre des programmes ciblés pour les pays africains, visant principalement le renforcement des capacités et le développement de compétences dans le domaine de la lutte antiterroriste, notamment en matière de sécurité, d’enquêtes et de poursuites, de gestion des prisons et des frontières, de désengagement, de réhabilitation et de réinsertion.

Comments (0)
Add Comment