Migration et asile : La DDIH s’en prend à HRW

En réponse aux allégations de HRW, la DIDH a souligné que cette organisation est restée fidèle à son style de remise en cause de la gestion faite par le Maroc des affaires de la migration et de l’asile, en estimant que seule la moitié des réfugiés disposent de titres de séjour réguliers et de permis de travail.
HRW a aussi évoqué de prétendues violations des droits des migrants, dont des perquisitions et détentions arbitraires et des déplacements forcés, sans une nouvelle fois fournir la moindre précision sur ces cas, a relevé la DIDH.
La Délégation a indiqué que HRW n’a pas accordé l’intérêt qui se doit aux efforts du Maroc relatifs à la promotion de la situation des migrants et des réfugiés, cités parmi les bonnes pratiques à l’échelle régionale et salués au niveau international, compte tenu des acquis apportés en matière de reconnaissance juridique des migrants, d’examen et de traitement des demandes d’asile et de renforcement des droits économiques et sociaux, à travers l’ouverture de canaux d’insertion économique et sociale au profit des migrants et leurs familles et des réfugiés et demandeurs d’asile.
La même source a rappelé, à cet égard, que le Royaume déploie ces efforts dans un environnement régional marqué par la présence des phénomènes du terrorisme et du trafic d’êtres humains, dont souffrent de nombreux réfugiés et migrants.
Pour ce qui est des autres affaires citées dans le rapport, et au vu de la méthodologie sélective et politisée suivie par HRW, la DIDH renvoie cette organisation, au cas où elle désirerait vérifier les faits, aux données fournies par le Royaume dans le cadre de la pratique conventionnelle et des recommandations acceptées par le gouvernement à leur sujet.
La Délégation interministérielle a, en outre, fait savoir que l’interaction complète avec les rapports de HRW et des autres ONG internationales fera l’objet d’un rapport thématique détaillé qui sera publié en mai prochain, après la parution de l’ensemble des rapports de ces organisations.

Comments (0)
Add Comment