Nouveau raid israélien sur la banlieue de Damas : Appui sioniste au réveil de Daech ?

Cette énième attaque, toujours motivée côté israélien, par la lutte contre les intérêts iraniens en Syrie, n’aura pas d’effet. C’est ce que les experts soulignent en relevant que l’armée israélienne qui a soutenu les terroristes depuis 2011, avant que l’armée syrienne ne s’assure de la reconquête des terrains perdus, y compris aux alentours du Golan occupé, n’en finit pas de mener des opérations de harcèlement. Moscou avait pourtant alerté Israël sur les dangers qu’un tel aventurisme risque d’engendrer. Surtout que Damas, comme ses alliés excédés, ont souligné qu’ils se réservaient le droit de riposter. Une perspective qui n’est pas à éloigner…

D’autant plus que les analystes syriens n’hésitent pas à faire le lien entre les attaques israéliennes et la résurgence des attaques de Daech depuis qu’ils ont réussi à fausser compagnie aux Forces démocratiques (FDS), milice kurde qui bénéficie du soutien inconditionnel de l’US Army déployée dans la région Est de l’Euphrate.  En effet, plusieurs convois de l’armée arabe syrienne ont été ciblés par des attaques signées Daech. Et il en va de même pour des positions occupées par les alliés de Damas.

En parallèle, l’agence de presse syrienne officielle SANA a rapporté que des miliciens armés pro turcs ont été tués et blessés lors de violents affrontements armés entre eux dans la campagne nord de Hassaké au nord-est de la Syrie.

Selon des sources locales « des affrontements aux mitrailleuses et aux armes moyennes ont éclaté entre plusieurs groupes armés affiliés à la division Hamzah liée à la Turquie dans le village de Tal Arqam dans la région de Ras al-Aïn dans la campagne du nord de Hassaké. Il en a découlé la mort d’un homme armé et à la blessure d’autres personnes à des degrés divers. »

Ces affrontements s’inscrivent dans le contexte des luttes en cours entre ces organisations sur le partage d’influence, le pillage, les méthodes de contrebande et la saisie des domiciles des citoyens d’une part, sans compter le chaos qui sévit dans cette région d’autre part.

Il y a quelques jours, l’armée turque et les factions syriennes qui lui sont fidèles ont bombardé plus de 10 villages et villes des districts de Tal Tamr et Abou Rasin dans la campagne nord-ouest de Hassaké. Les bombardements ont fait des blessés et causé des pertes matérielles dans les biens civils. Ils ont entraîné une vague de déplacements des habitants de certains des villages et villes bombardés vers des villages et villes plus sûrs.

Comments (0)
Add Comment