Pétrole et nucléaire iraniens: Téhéran souffle le chaud et le froid

Téhéran a menacé d’ordonner le blocage du détroit d’Ormuz si Washington mettait à exécution son projet d’imposer des pénalités financières aux pays qui continueront à importer du pétrole iranien après le 4 novembre.

Le Président Hassan Rohani a menacé de bloquer le trafic pétrolier des pays voisins si les États-Unis prennent de nouvelles sanctions contre les ventes pétrolières iraniennes, relate Reuters. «S’ils veulent bloquer les exportations iraniennes de pétrole, nous ne permettrons à aucune cargaison pétrolière de passer par le détroit d’Ormuz», a déclaré Ismaïl Kowsari, selon le site internet du Club des jeunes journalistes (YJC). Un réel péril que les Américains n’ignorent pas puisque 30% des exportations mondiales de pétrole transitent par cette voie maritime. Washington a menacé d’imposer des pénalités financières aux pays qui continueront à importer du pétrole iranien après le 4 novembre.

On signalera que pour la première fois depuis le retrait américain de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, début mai 2018, les ministres des Affaires étrangères des autres pays ayant négocié le compromis se retrouvent à Vienne, en Autriche, pour tenter de le sauver. Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, et ses homologues français, britannique, allemand, russe et chinois se retrouvent à Vienne, en Autriche, vendredi 6 juillet, pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire iranien.

En péril, l’accord de 2015 avait permis à Téhéran de bénéficier de la levée des sanctions en échange de la limitation de ses activités nucléaires sous contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), basée à Vienne.

Pour l’instant, l’Iran affiche sa volonté de respecter l’accord tout en évoquant le scénario de la relance de son programme nucléaire. Pour rester dans l’accord après le retrait américain, l’Iran demande des garanties à Pékin, Moscou, Londres, Berlin et Paris. Le président iranien Hassan Rohani l’a réaffirmé cette semaine au cours de son périple en Suisse et en Autriche.
Reste à savoir si cette mobilisation internationale sera suffisante face au rouleau compresseur des sanctions américaines. Washington assure vouloir « réduire à zéro » les exportations iraniennes de pétrole. Le Président iranien Hassan Rohani a déclaré lors d’une conversation téléphonique avec Emmanuel Macron que la liste de mesures proposées par l’Union européenne, censée compenser les conséquences du retrait des USA de l’accord international sur le programme nucléaire, était pour le moment insatisfaisante.

H. Rohani s’est ainsi entretenu par téléphone avec Emmanuel Macron et a déclaré « que le paquet proposé par l’Europe à l’Iran pour poursuivre sa coopération dans le cadre du JCPOA ne répondait pas à toutes les exigences de la République islamique». H. Rohani a en outre ajouté qu’il «espérait» que la réunion ministérielle de ce vendredi 6 juillet à Vienne «permettra de remplir toutes les demandes de la partie iranienne afin que le pays poursuive sa coopération dans le cadre de l’accord», selon le média.

Comments (0)
Add Comment