Pic des contaminations : « Sauf surprise », le Maroc a franchi le cap, selon M. Merabet

Dans un bref commentaire sur la situation épidémiologique de l’infection au SARS-CoV-2 à la même date, Dr. Mouad Merabet, médecin coordonnateur du Centre national d’opérations d’urgence de santé publique, a indiqué le Maroc a, à priori, atteint son pic de contamination au Covid-19 dans la semaine du 17 au 23 janvier, « sauf surprise« , notant que le nouveau variant Omicron est certes moins grave, mais n’est tout de même pas « non grave« .
Au niveau national, M. Mrabet a révélé dans sa tribune publiée sur Linkedin que le taux de positivité stagne pour la deuxième semaine consécutive à 24.4 %, avec une diminution observée dans les régions de Casablanca-Settat, Marrakech-Safi et Souss-Massa.
Par ailleurs, il a révélé que le taux de reproduction du SARS-CoV-2 est de 0.98 alors qu’il était supérieur à 1 depuis le 21 novembre 2021, soit 62 jours. S’agissant des nouveaux cas de contamination, ils n’ont augmenté que de 7% précise la même source.
Ainsi, le niveau de transmission du SARS-CoV-2 est élevé sur l’ensemble du territoire national, fait observer M. Mrabet, notant que toutes les régions sont au niveau rouge, notant que la région de Casablanca-Settat passe cette semaine du niveau très élevé au niveau élevé (la phase descendante a déjà commencé dans la région).
Pour ce qui est du risque d’attraper la maladie, le spécialiste a indiqué le risque est malheureusement élevé, recommandant ainsi aux citoyens de faire attention, mettre le masque en continu, veillez à l’hygiène des mains, évitez-les rassemblent et respecter la distanciation.
Si le Maroc a effectivement atteint son pic de contamination au cours de la semaine du 17 au 23 janvier, M. Merabet explique que ce pic sera malheureusement suivi d’une augmentation de la Covidose grave et des décès. « Au moins deux semaines difficiles nous attendent en termes de cas sévères critiques et de mortalité. Les données nationales de veille et de surveillance de Covid-19 concordent avec les données internationales : Omicron est moins grave que le Delta, mais aucun n’a dit qu’il est de gravité nulle« , a-t-il expliqué mettant en garde contre la vague actuelle qui est selon lui est « sous-estimée« .
Durant la semaine du 17 au 23 janvier, le spécialiste a fait savoir que le nombre de la covidose grave a augmenté de 36.2%, les décès ont été multipliés par 2.4, 730 nouveaux cas sévères ont été admis en réanimation et soins intensifs et 464 malades ont quitté lesdits services après amélioration de leurs états de santé.
En s’adressant aux malades atteints du Covid-19, le Coordonnateur du Centre national d’opérations d’urgence de santé publique a évoqué plusieurs erreurs « mortelles » qui ont conduit malheureusement des patients à la réanimation dont certains sont décédés. Parmi ces erreurs, la prise de corticoïdes à la phase précoce de la maladie, la pratique de sport, le manque d’hydratation (ne pas boire assez d’eau), le non-respect du protocole thérapeutique et enfin l’automédication.
Le spécialiste a indiqué qu’un grand problème atteint le monde entier après le Covid-19. Il s’agit selon lui de la résistance aux antibiotiques, qui a connu une consommation excessive irrationnelle, souvent non indiquée. Pour sortir de cette troisième vague du Covid-19 qui frappe le Maroc de plein fouet, avec les moindres dégâts, M Mrabet préconise les mesures préventives individuelles, la vaccination (notamment la dose booster) ainsi que le respect du protocole thérapeutique national.

Comments (0)
Add Comment