Protection sociale : Les médecins du privé en colère…

Devant l’attitude butée du gouvernement, les médecins du secteur privé refusent d’adhérer à la généralisation de la couverture sociale dans sa formule actuelle. Dénonçant « la sourde oreille, et le désintérêt réservé à leur dossier de la part des responsables », ils comptent passer à l’action pour faire entendre leur voix. Un débrayage est donc prévu le 20 janvier.
Dans un communiqué conjoint datant du 3 janvier, les syndicats des médecins libéraux, à savoir le SNMSL, l’Association Nationale des Cliniques Privées (ANCP), le Syndicat national des médecins généralistes (SNMG) et le Collège syndical national des médecins spécialistes privés, affirment camper sur leur position tant que la formule qui « leur a été imposée » n’est pas rediscutée. Une révision de la tarification est donc exigée par les médecins du privé qui estiment que les cotisations auxquelles ils sont soumis consacrent une injustice flagrante.
Les médecins du secteur libéral réclament un taux harmonisé avec les autres professions similaires, le traitement des médecins libéraux en tant qu’acteurs principaux de l’assurance maladie, qu’elle soit CNSS, CNOPS, privée …. Comme ils veulent aussi la progressivité des cotisations en début de parcours des jeunes médecins installés et après âge légal de la retraite, des incitations de la part des caisses conformément aux engagements et à l’instar de ce qui se passe dans d’autres pays. Les syndicats envisagent d’autres mesures incitatives, notamment dans le volet des allocations familiales et qui consiste à la prise en charge à hauteur de 60 à 100% par la CPAM selon les revenus, en plus d’une allocation supplémentaire de vieillesse (ASV) et autres mesures…
Pour rappel, lors de la réunion du 7 décembre 2021, avec le directeur de la CNSS, qui est le gestionnaire de ce chantier, ce dernier leur a confirmé que « la révision du taux de cotisation, exigé par les médecins du privé, relève exclusivement des compétences du gouvernement» .

Comments (0)
Add Comment