Réforme de l’enseignement : Les conditions clivantes de C. Benmoussa braquent les syndicats

Le MEN a annoncé la couleur vendredi 19 novembre. Tout recrutement des enseignants et cadres administratifs se fera sous conditions, jugées « discriminatoires » par les syndicats. Ainsi, une procédure de pré-sélection au concours écrit se fera sur la base de critères objectifs et rigoureux, dont une lettre de motivation exigée des candidats, la fixation de l’âge à 30 ans ou encore l’impossibilité des enseignants du privé de rejoindre le secteur public sans l’accord de leur patron.
Les représentants de l’UMT, FNE, SNE, UGTM et FDT invités à la réunion de mardi ont dénoncé les dernières mesures prises par le ministère, sans la moindre concertation. Les syndicats ont demandé au ministre de l’Éducation nationale de revenir sur sa décision. Mais C. Benmoussa n’entend pas reculer sur les conditions d’accès à la profession qui constituent, à ses yeux, une étape « douloureuse », peut-être, mais « nécessaire » pour la réforme du système éducatif afin de répondre aux revendications des familles marocaines pour une école publique de qualité.

Comments (0)
Add Comment