Réouverture des frontières : M. Baitas dit « niet » aux voyagistes…

En réponse aux journalistes présents au point de presse tenu A l’issue du Conseil de gouvernement, réuni jeudi 6 janvier, M. Baitas a assuré que « le jour où la situation épidémiologique s’améliorera, les frontières seront ouvertes». Et de préciser que « la question de l’ouverture des frontières n’est pas une décision facile. Elle repose plutôt sur une extrapolation prudente d’indicateurs, tant internes qu’externes. Mais nous espérons que la vague actuelle ne soit pas longue. Et lorsqu’elle prendra fin, elle sera suivie par des mesures appropriées », a-t-il assuré.
Concernant le sauvetage du secteur du tourisme frappé de plein fouet par la pandémie, le responsable a indiqué que cette question est parmi celles suivies de près par l’Exécutif.
Pour rappel, les voyagistes marocains ont manifesté devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat pour attirer l’attention sur la situation désastreuse du secteur, après que le Maroc a fermé ses frontières, le 29 novembre, suite au danger du variant Omicron Menacés de faillite ils ont appelé à « sauver » l’industrie du tourisme. Ils ont présenté, à cette occasion, des propositions au ministère de tutelle et aux équipes de la majorité parlementaire.
Les voyagistes ont proposé une exonération globale de la taxe sur les honoraires professionnels pour les années 2020/2021/2022, car elle est liée à l’activité économique qui est suspendue depuis un certain temps. Ainsi que de réduire la taxe sur la valeur ajoutée de 20 à 7% en fonction de la nature de l’activité des agences de voyages, car la plupart des achats de services se font à l’étranger et la taxe sur la valeur ajoutée payée à l’étranger n’est pas remboursable.
Sur le plan social, le mémorandum propose de supprimer tous les frais d’inscription pour les saisons 2020/2021/2022, et de réduire les frais d’inscription après avoir relevé l’état d’urgence à 50 % afin que les agences puissent maintenir les emplois.
Le soutien à cette industrie de services ainsi qu’à l’emploi devrait être maintenu, rappellent-ils tout en appelant les banques à intervenir en faveur du secteur.

Comments (0)
Add Comment