Soldats ivoiriens retenus au Mali : Vive tension entre Bamako et Abidjan

La Côte d’Ivoire a demandé mardi au Mali de libérer «sans délai» ses 49 militaires interpellés «injustement» dimanche à l’aéroport de Bamako et accusés par les autorités de ce pays d’être des «mercenaires». «Aucun militaire ivoirien de ce contingent n’était en possession d’armes et de munitions de guerre», indique un communiqué publié à l’issue d’un Conseil national de sécurité (CNS), qui précise que les soldats se trouvaient au Mali «dans le cadre des opérations des éléments nationaux de soutien (NSE)» logistique à la mission de l’ONU dans ce pays (Minusma).

Un cadre de l’état-major ivoirien précise que ces 49 soldats appartenant au 8e détachement du NSE (National Support Element) sont arrivés à Bamako dimanche à la mi-journée, à bord du même avion qui avait ramené à Abidjan, le matin même, le précédent détachement. Deux avions même, pour être précis, l’un transportant les hommes, l’autre le matériel. « C’est une incompréhension malheureuse », explique ce haut gradé de l’armée ivoirienne, qui assure que tout était en règle pour leur arrivée.

Selon l’armée ivoirienne, ce sont pourtant des problèmes administratifs qui sont invoqués par les autorités maliennes. « D’abord, ils ont dit que l’avion n’était pas sur la liste des appareils autorisés à atterrir. Ce problème a été vite levé, poursuit cette source, mais maintenant, ils disent que nos soldats n’avaient pas de lettre de mission conforme. »

Le communiqué des autorités maliennes diffusé lundi soir va cependant beaucoup plus loin. Le colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement malien de transition, a annoncé à la télévision nationale que ces soldats se « trouvaient illégalement sur le territoire national du Mali (…) en possession d’armes et de munitions de guerre, sans ordre de mission ni autorisation ». Pour le gouvernement malien, l’objectif des soldats ivoiriens était « de briser la dynamique de la Refondation et de la sécurisation du Mali, ainsi que du retour à l’ordre constitutionnel ».

« Le gouvernement de transition a décidé de transmettre ce dossier aux autorités judiciaires compétentes », a-t-il ajouté. Et Bamako demande la coopération d’Abidjan pour faire la lumière sur cette affaire.

« C’est une manœuvre pour créer de l’union nationale autour de prétextes fallacieux », s’agace un haut-gradé de l’état-major ivoirien, qui précise que les soldats détenus sont « bien traités. » Sollicités par RFI, ni l’armée malienne ni le ministère malien de la Défense n’avaient souhaité répondre. Les 49 soldats ivoiriens ont passé la nuit de dimanche à lundi en détention.

En janvier dernier, des soldats danois arrivés au Mali dans le cadre de la force Takuba, avaient été expulsés par les autorités maliennes.

Comments (0)
Add Comment