Stock d’or du Venezuela : Londres ne veut rien lâcher

Selon l’AFP, la juge britannique Sara Cockerill a statué que « les décisions de la STJ ne peuvent pas être reconnues » dans une cour britannique car Londres considère que l’opposant Juan Guaido est le dirigeant du Venezuela.

Le Royaume-Uni, comme les Etats-Unis et au moins une cinquantaine d’autres pays, ne reconnaissent pas Nicolas Maduro comme président depuis sa réélection et soutiennent J. Guaido comme président par intérim. Dans le but d’évincer N. Maduro du pouvoir, Washington et ces pays ont reconnu le leader de l’opposition comme président par intérim, imposant une batterie de sanctions à Caracas, dont un embargo sur le pétrole qui empêche le Venezuela d’écouler son pétrole brut –qui représentait alors 96% des revenus du pays– sur le marché américain.

La Cour suprême britannique avait déjà décidé fin 2021 que les tribunaux britanniques ne pouvaient pas contredire l’exécutif, et le jugement de vendredi ajoute que les décisions de la Cour suprême vénézuélienne ne peuvent pas faire référence.

Le camp du président Maduro « envisage de faire appel », affirme vendredi un de ses avocats, Sarosh Zaiwalla. Le dossier doit maintenant revenir devant la Cour de Commerce britannique.

Comments (0)
Add Comment