The news is by your side.

Ankara cherche à se doter d’un chasseur de 5è génération : Moscou offre son aide

ANCFCC-Large-1100×280-1
0 240

Moscou est prêt à aider Ankara à élaborer un moteur pour un avion de chasse turc de cinquième génération, a déclaré Dmitri Chougaïev, directeur du Service russe pour la coopération militaro-technique (FSVTS), à la chaîne Rossiya 24. « La Turquie a également son propre programme pour créer un chasseur de cinquième génération, dit TF-X. Autant que je sache, tout ne va pas bien avec le moteur. Nous les aiderons s’ils s’adressent à nous », a-t-il indiqué.
Cette déclaration intervient alors que la Turquie s’intéresse de plus en plus au matériel militaire russe. Le bras de fer avec les États-Unis ne fait qu’alimenter cet intérêt. Le système antimissile russe S-400 est devenu la pomme de discorde entre Washington et Ankara. Suite à l’achat par la Turquie de ce système de défense antiaérienne, Washington a annoncé en 2019 son exclusion du prestigieux programme du F-35.
Ankara a longtemps espéré que les États-Unis changent d’avis, mais Joe Biden n’est pas revenu sur la décision de son prédécesseur Donald Trump, l’armée américaine considérant les S-400 comme une menace pour le F-35.
Un facteur qui devrait pousser la Turquie à « mobiliser son attention sur une série de nos avions militaires », selon D. Chougaïev, notamment concernant les chasseurs multi-rôles Su-35 et Su-57 présentés au Président turc lors du salon aérospatial MAKS-2019 qui s’est tenu dans la région de Moscou.
« Je pense qu’ils seront certainement intéressés par le Su-35 », a déclaré D. Chougaïev à Rossiya 24. Il a également évoqué le « grand intérêt » exprimé par le Président turc pour le chasseur russe de cinquième génération Su-57, qualifiant de « très élevé » son potentiel d’exportation.
En outre, un contrat portant sur l’achat d’un lot supplémentaire de S-400 par la Turquie pourrait être signé cette année, a fait savoir le 25 août Alexandre Mikheïev, directeur général de Rosoboronexport.
La Turquie a acheté à la Russie quatre divisions de systèmes de défense antiaérienne S-400 pour une valeur de 2,5 milliards de dollars. Le 23 octobre 2019, le fournisseur d’armes russe a annoncé que la Russie avait rempli le contrat plus tôt que prévu, ayant livré à la Turquie tous les éléments des systèmes, y compris les missiles. Mi-octobre 2020, la Turquie a effectué avec succès des essais de missiles S-400 sur son territoire. « La coopération militaire et technique avec la Turquie se développe de manière stable », a résumé D. Chougaïev, évoquant la poursuite de négociations sur l’élaboration conjointe d’armes entre les deux pays.

ANCFCC-Large-1100×280-1
ANCFCC-Large-1100×280-1
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.