Les anneaux olympiques se resserrent sur la Russie

0
Les athlètes de la Russie sont-ils condamnés à ater le rendez-vous des JO de Rio, qui démarrent le 5 août ? Le Comité international olympique (CIO) devait en décider hier mardi, au lendemain de la publication d’un rapport accablant de l’Agence mondiale antidopage (AMA) sur le dopage. Cette sanction, sans précédent, pourrait être envisagée par la commission exécutive du CIO, réunie sous la présidence de Thomas Bach à Lausanne. Selon ce dernier, les conclusions du rapport Mc Laren « font état d’une atteinte choquante et sans précédent à l’intégrité du sport et des Jeux olympiques ». Et de prévenir : « Le CIO n’hésitera pas à prendre les sanctions les plus sévères qu’il puisse infliger à toute personne ou organisation impliquée. »
L’Agence mondiale antidopage a rendu public lundi le rapport de 97 pages du juriste canadien Richard McLaren sur les accusations de dopage organisé qui s’accumulent depuis des mois à l’encontre de l’athlétisme russe dont la fédération est toujours sous le coup d’une suspension de la part de la Fédération internationale d’atlétisme (IAAF).
Sur la base de ce rapport, l’agence a aussitôt appelé à l’exclusion de la Russie des JO 2016 et de tous les événements internationaux. Le président de l’AMA, Craig Reedie, a également exhorté la Russie à limoger les responsables mis en cause dans le rapport. C’est selon lui la condition minimale pour envisager la restitution de l’accréditation de l’Agence antidopage russe.
Moscou a aussitôt dénoncé « une ingérence dangereuse » de la politique dans le sport et évoqué le scénario d’une nouvelle guerre froide, sportive cette fois.
Le Kremlin a néanmoins tenu compte des recommandations de l’AMA et promis de suspendre tous « les responsables mis en cause » par le rapport McLaren, dont le vice-ministre des sports, Iouri Nagornykh, l’homme-clé du système russe, nommé à l’origine par Vladimir Poutine.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus