Antidopage: Le CMIS tacle le ministre du sport

0
Antidopage: Le CMIS tacle le ministre du sport

Encore une fois, le Centre Marocain de l’Intelligence Sportive (CMIS) recadre Othman El Firdaouss, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports. Dans un communiqué incendiaire, le CMIS fustige le ministre pour avoir fourré son nez dans ce qu’il ne le regarde pas à telle enseigne le communiqué le taxe d’usurpateur d’identité suite à la prétendue réunion qu’il a présidée sur l’antidopage. Laquelle réunion, précise le CMIS, est du ressort du président du Conseil d’Administration de l’Agence Marocaine Antidopage et non du ministre qui n’aucun droit de cité en vertu de la loi antidopage (12.97).

Et d’ajouter que « dans la composition du Conseil d’Administration de cette agence nationale, le représentant du département gouvernemental chargé du sport ne figure pas sur la liste des membres. »

« Le Conseil d’Administration en vertu de l’article 19 de la loi antidopage est représenté par un commissaire qui représente le Gouvernement et désigné par l’autorité gouvernementale chargée des finances. »

Le CMIS a même fustigé le ministère et ses bureaucrates incompétents pour avoir prétendu l’adoption des statuts de l’AMA alors que cette dernière est régie par la loi antidopage et non par des statuts. Et que le règlement intérieur doit être adopté par le Conseil d’Administration et non par le ministre. 

Le CMIS a in fine revendiqué la décharge d’Othman El Firdaouss en raison de ses manquements récurrents en vertu de l’article 47 de la Constitution en mettant en œuvre le principe de la responsabilité et de la reddition des comptes.  

 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus