Antiterrorisme : les Belges débordés ?

0
informations inquiétantes circulent en Belgique secoué, il y a quelques semaines (le 22 mars dernier) d’une série d’attentats sanglants. En effet, dans les milieux sécuritaires, on craint que des « cellules dormantes » ne réagissent alors que l’étau se resserre davantage sur la nébuleuse terroriste « Etat Islamique » en Irak, en Syrie et en Libye. Ainsi, si plusieurs réfugiés ont été arrêtés, en ce début de semaine, pour accointance avec l’État islamique, – six Irakiens provenant de Bagdad et de Mossoul et qui s’étaient installés dans les régions de Charleroi, dans le sud du pays, et de Roulers, dans le nord-, il n’en reste pas moins que d’autres « ciblées par la police » ont réussi à s’évaporer dans la nature.
Il y a lieu de rappeler que les migrants « mis aux arrêts » avaient emprunté les filières légales du droit d’asile et ont transité par les différents centres d’accueil du pays, avant d’être finalement confondus par la visite d’une femme originaire de Charleroi à l’un d’entre eux, détenu à Jamioulx pour un délit de droit commun.
A moins d’une semaine des attentats de Nice, et du « combattant » afghan, supposé en lien avec Daech qui a commis une attaque à la hache dans un train en Allemagne, l’inquiétude est à son comble et les services belges sur les dents. Nul ne sait ni quand ni où le réveil des cellules dormantes se manifestera…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus