Perspective MED
Actualité à la une

Approche genre: Le Royaume à la traine sur le continent

Le cabinet McKinsey & Company vient de publier un nouveau rapport sur l’accès des femmes aux postes de responsabilité en Afrique. Intitulé « Women Matter Africa », ce rapport démontre que l’Afrique a progressé en matière de représentation des femmes dans les secteurs privé et public pour atteindre des niveaux équivalents voire supérieurs aux moyennes mondiales. Pour aboutir à ces conclusions, le cabinet a mené une enquête auprès de 50 grandes entreprises africaines, avec à la clé des entretiens avec 35 femmes cadres dirigeants et responsables du secteur public. L’analyse des performances du Royaume sur la question révèle l’ampleur du retard à rattraper. Selon l’étude le Maroc a un niveau de diversité aux postes de responsabilité dans le secteur privé légèrement inférieur à la moyenne africaine. En effet, près de 4% des chefs d’entreprises marocaines sont des femmes (contre 5% à l’échelle africaine), 18% des cadres dirigeants sont de sexe féminin (contre 23% au niveau du continent) et 13% des membres des conseils d’administration sont des femmes (alors qu’ils représentent 14% en Afrique).
Et quant bien même cette représentativité aux postes de responsabilité s’améliorerait, pour McKinsey l’influence de ces femmes n’a pas augmenté. Les femmes responsables seraient majoritairement cantonnées à des fonctions support (56% des cadres dirigeants en Afrique), et sur ce point le Royaume fait mieux que la moyenne continentale vu que 54% des femmes cadres dirigeants au Royaume occupent des fonctions métier. Pour McKinsey qui milite pour la parité en entreprise, il estime qu’avec une meilleure mixité au conseil d’administration tendent à avoir de meilleures performances financières. Le FMI de son côté déplore le faible taux de participation féminine à l’économie. Une intégration qui ne dépasse guère les 25% au Maroc. Pour le Fonds, la réduction des inégalités entre genres peut stimuler la croissance dans la mesure où le revenu par habitant bondirait de 50% par rapport à son niveau actuel si autant de femmes travaillaient que d’hommes.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More