Après avoir paré au plus pressé, A. Tebboune retourne à Berlin

Rentré fin décembre en Algérie après un séjour de deux mois en Allemagne où il a été traité pour son infection par le coronavirus, Abdelmadjid Tebboune a dû de nouveau retourner dans ce pays pour des soins post-Covid, indique la présidence.

0
Le président algérien Tebboune de retour en Allemagne pour des complications liées au Covid-19

Le Président algérien Abdelmadjid Tebboune est retourné en Allemagne dimanche 10 janvier pour un traitement à l’hôpital d’une complication au pied, conséquence de son infection au coronavirus, indique la présidence dans un communiqué.

Bien que la présidence ne précise pas la durée du séjour médical du Président en Allemagne, elle explique que la complication devait être traitée avant son retour en Algérie qui a eu lieu fin décembre. Cependant, ce traitement a été reporté en raison de son «caractère non urgent» et des «engagements du Président de la République qui devait traiter des dossiers urgents en Algérie», selon le communiqué cité par le site Tout sur l’Algérie (TSA). Le 29 décembre il est revenu en Algérie avec une attelle posée par les médecins allemands sur son pied pour parer au plus pressé.

A. Tebboune a été transféré le 28 octobre en Allemagne pour y subir des «examens approfondis» quelques jours après qu’il a annoncé sa décision de se mettre «en quarantaine volontaire», car certains membres de son équipe et du gouvernement ont été testés positifs au coronavirus. Le 3 novembre, il a été annoncé que le chef d’État était malade.

Son retour en Algérie lui a permis d’accorder son visa pour le Budget de 2021 et son imprimatur à la nouvelle constitution réformée. Mais cela lui a aussi permis de suivre de près les derniers développements du démantèlement des réseaux d’Ahmed Gaid Salah, son défunt protecteur, avec le retour aux affaires du clan de Toufik, alias “Rab Dzair” et ancien puissant représentant du DRS, acquitté récemment par la justice. 

Dans la foulée, le Président a limogé le ministre des Transports et le PDG d’Air Algérie pour avoir approuvé des importations liées au catering aérien, une entorse aux instructions de donner priorité à la production locale, annonce l’AFP qui cite une source officielle.

Sur «instruction» de A. Tebboune, «il a été mis fin aux fonctions de M.Lazhar Hani en sa qualité de ministre des Transports», ont indiqué les services du Premier ministre dans un communiqué. «Cette décision a été prise à la suite de l’engagement d’une opération d’importation par la compagnie nationale Air Algérie de fournitures liée à l’activité de catering et ce, sans tenir compte du contexte économique national et des orientations financières visant la gestion rationnelle des devises et la priorité à accorder à la production nationale», selon le communiqué.

Le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali, a été chargé d’assurer l’intérim au ministère des Transports.

Bekhouche Allache, PDG d’Air Algérie et le responsable du catering au sein de la compagnie ont été également relevés de leurs fonctions.

La compagnie aérienne est en grande difficulté à cause de la crise du nouveau coronavirus, le pays ayant fermé ses frontières aériennes depuis le 17 mars 2020. En juin, elle avait estimé ses pertes dues à la suspension du trafic aérien à 38 milliards de dinars (234 millions d’euros). Selon ses prévisions, ce manque à gagner devrait atteindre 89 milliards de dinars (550 millions d’euros) fin décembre.

 L’Algérie qui se trouve dans une crise financière renforcée par la baisse de ses revenus pétroliers, véritable rente qui semble avoir fait son temps,   tente de réduire ses importations pour préserver ses réserves en devises qui ont fondu de près de 65% entre 2014 et 2019.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus