The news is by your side.

Après la violente joute entre le syndicat patronal et celui des banquiers, le soutien aux entreprises se précise

0 121

 «Par ces mesures, les banques entendent répondre aux attentes et besoins des ménages et des entreprises afin de leur permettre de surmonter les conséquences de la pandémie Covid-19 et de préserver en même temps le tissu productif pour pouvoir relancer rapidement après cette situation leurs activités et contribuer à la création des richesses et de l’emploi au service du développement économique et social de notre pays», indique le communiqué du GPBM.

Les mesures prises par les banques dans le cadre du dispositif arrêté par le Comité de veille économique (CVE), visant à réduire les effets de la crise provoquée par le Coronavirus, au profit des ménages et des entreprises.

 

Il s’agit du report, sur demande, des échéances des crédits amortissables et de leasing jusqu’au 30 juin 2020. Une mesure qui concerne aussi bien les ménages que les entreprises directement impactés par le Covid-19: report, sur demande, des échéances des crédits amortissables et de leasing de mars au 30 juin 2020 sans frais ni pénalités de retard.

 

En plus, des lignes de crédit additionnelles de fonctionnement pour les entreprises touchées par le Covid-19 sont prévues. L’objectif est de permettre aux entreprises de disposer de la trésorerie nécessaire pour notamment faire face aux versements des salaires de leurs employés et payer leurs fournisseurs, elles peuvent bénéficier de lignes de crédit additionnelles de fonctionnement couvrant jusqu’à 3 mois de dépenses courantes et dans les conditions du produit Damane Oxygène garanti par la CCG. Les réseaux bancaires tiennent à la disposition des entreprises les détails relatifs au produit Damane Oxygène.


Le GPBM précise que ces lignes de crédit additionnelles de fonctionnement sont remboursables, in fine, et ce au plus tard le 31 décembre 2020. Le taux d’intérêt calculé sur ces lignes de crédit additionnelles de fonctionnement est fixé au taux de refinancement de Bank Al-Maghrib majoré de 200 points de base.

Pour les entreprises touchées par le Covid-19 ne pouvant pas rembourser leurs lignes de crédit additionnelles de fonctionnement à l’échéance de décembre 2020, les banques peuvent leur accorder des crédits à moyen terme pouvant aller jusqu’à 5 ans pour les amortir.

 

La réaction du GPBM intervient, pour rappel, suite à la polémique suscitée par la lettre du président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), adressée au président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) pour l’alerter sur les menaces encourues par les entreprises marocaines en ces temps de crise et surtout, mettre les banques face à leurs responsabilités.

« Je n’ai aucun doute sur le fait que le GPBM a bien évidemment conscience de la situation d’urgence dans laquelle sont nos entreprises nationales. Une écrasante majorité d’entre elles ont baissé drastiquement leur activité ou sont carrément à l’arrêt », notait le Patron des patrons dans sa missive. « Toutefois, nous observons des écarts (…) ce qui pourrait être fatal à de très nombreuses entreprises, pourtant aptes à retrouver leur rythme de croisière après cette crise », a déploré Chakib Alj, président de la Confédération patronale dans sa lettre. Qui enfonce le clou en assurant que le « traitement au cas par cas des entreprises est en décalage avec la situation » et qu’il est « urgent de mettre en place le dispositif prévu avec la CCG à un niveau suffisant pour rétablir un sentiment de sécurité des entreprises. A défaut, nous subirons la disparition de nombreuses entreprises et de très lourdes pertes d’emplois ». Le Patron des patrons dénonce aussi des « pénalités ou intérêts supplémentaires » de certaines banques alors que d’autres « n’accepteraient le report qu’à compter du mois d’avril ».

La médiatisation de la complainte du Patron des patrons n’aura pas été appréciée par ses récipiendaires qui ont de tout temps travaillé en coulisses. Voilà pourquoi le courrier signé par Othman Benjelloun, président du GPBM et Mohamed El Kettani, vice président, expirait le courroux des banquiers. « Le contenu et le ton de votre lettre de ce jour sont pour le moins inadmissibles et vos attaques et allégations contre le secteur bancaire marocain dénués de tout fondement », dénoncent-ils. Plus, la correspondance souligne que « le secteur bancaire est indigné par ce genre de discours qui, au lieu d’unir toutes les forces vives du pays face à cette crise, tend au contraire à diviser et à semer inutilement la panique. Et nous ne céderons pas parce que nous sommes mobilisés et nous le resterons auprès de toutes les composantes de la société marocaine en prenant et en appliquant les mesures nécessaires pour le soutien des ménages et des entreprises face à la pandémie du Covid-19 ». 

Le GPBM rappelle à C. Alj que ses membres, conscients des impératifs de l’heure, se sont « mobilisés avec dévouement et enthousiasme », et que le groupement finalise, « avec le Ministère des Finances, directement et à travers la CCG, les dernières modalités pour l’opérationnalisation dès lundi prochain de nos engagements pris au niveau du Comité de Veille Économique pour le report des échéances de crédits et l’octroi de crédits de fonctionnement pour les entreprises touchées par les conséquences de la pandémie ». Et de conclure sa missive en lui demandant « officiellement » de communiquer au Groupement « la liste des clients des banques qui se seraient heurtés aux problèmes soulevés dans votre lettre ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.