Arabie Saoudite s’affranchit de la rente

0 94

Au-delà des hydrocarbures

La baisse des recettes pétrolières devait pousser l’Arabie Saoudite à opérer un réél aggionamiento pour transformer son économie. Rien de plus normal puisqu’en 2015, le pays a enregistré un déficit budgétaire record de 98 milliards de dollars. Et ses revenus ont été estimés à 147,5 milliards d’euros, bien en dessous des projections pour cette année et des revenus de 2014, alors que les dépenses se sont élevées à 236,6 milliards d’euros. La situation devrait peu évoluer : cette année, Ryad prévoit un déficit de 87 milliards de dollars à cause de la chute du prix du baril et de l’équipée militaire au Yémen… Entre autres.
Le nouveau paradigme consiste justement à faire fructifier autrement le bénéfice d’une rente appelée à s’amenuiser au fil du siphonnage de son sous-sol riche en hydrocarbures. Parmi les mesures phares annoncées depuis lundi dernier, la mise en vente de près de 5% du capital du mastodonte pétrolier public Saudi Aramco (évalué à plusieurs milliers de milliards de dollars) et la création d’un fonds souverain de 2.000 milliards de dollars. C’est au jeune prince Mohammed ben Salmane (MBS) qu’est revenue la présentation, devant le Serviteur des lieux Saints, du plan de réformes baptisé « Vision saoudienne à l’horizon 2030 ». Le deuxième prince héritier qui est aussi en charge de la Défense, a défendu l’ouverture d’Aramco au capital local et étranger ce qui va assurer « la transparence » dans la gestion de ce géant pétrolier. Le plan est destiné à diversifier l’économie du royaume saoudien, qui dépend largement du pétrole au moment où les prix du brut sont en chute libre depuis environ deux ans. Aramco muera en holding dotée d’un conseil d’administration élu, ce qui permettrait par la suite d’introduire en Bourse certaines filiales. « Les 5% viendront de la maison mère », a précisé le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane à la chaîne de télévision « Al-Arabiya ».
L’heure de la diversification de l’économie saoudienne a sonné. Et il y a quelques jours, la Bourse saoudienne avait annoncé un projet de création d’un marché PME en 2017 pour encourager l’émergence d’un tissu productif en phase avec les nouveaux paradigmes de l’économie saoudienne en restructuration.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus