The news is by your side.

Arts plastiques : Des Souiris exposent à l’Institut français de Tanger

0 286

Outre l’exposition d’Abdelmalek Berhiss, d’autres œuvres seront présentées dont ceux de Mohamed Tabal, Ali Maimoun, Azzedine Sanana, Abdelkader Bentajar, Hamou Aït Tazarin, Youssef Aït Tazarin, Aicha Aboutaleb, Said Ouarzaz, Regragui Bouslai ou encore Mustapha Asmah.
C’est en 1988 que Frédéric Damgaard, historien et critique d’art danois, ouvre une galerie d’art dédiée aux artistes d’Essaouira. Abdelmalek Berhiss, Mohamed Tabal et Ali Maimoun sont les premiers à intégrer cette galerie.
Les artistes sont de plus en plus nombreux à affluer et dévoiler leurs créations, nourris par l’énergie mystique et créative de Essaouira, anciennement Mogador, passage obligé pendant des siècles de la route caravanière.
Damgaard fait rayonner le travail des artistes souiris au Danemark, en Suisse, en France et à travers l’Europe pour le plaisir du grand public. Le travail des artistes d’Essaouira parle un langage universel, voyage et fusionne à toute autre culture qui l’invite dans son monde.
Ainsi naît « l’école informelle d’Essaouira », une « école de vie » qui a su faire du Maroc une terre de liberté et une terre de création. Une « école » où les pêcheurs, artisans et fonctionnaires peuvent aussi être de formidables artistes autodidactes qui expriment fièrement leur singularité et leurs richesses à travers des œuvres à la fois instinctives et réfléchies.
Grace au succès de l’exposition Outsiders/Insiders?, au Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden Marrakech (MACAAL), les artistes d’Essaouira ont gagné en visibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.