The news is by your side.

Assassinat de Medi Ben Barka: L’empreinte du Mossad, selon R. Bergman

0 81

Dans un chapitre intitulé « Catastrophes en série », où il est question des déboires des services de renseignements de l’État hébreux, R. Bergman revient sur la participation des agents israéliens dans l’assassinat et la disparition à jamais du corps du plus farouche et médiatique opposant marocain au roi Hassan II.

D’après les témoignages recueillis et les recoupements à des fins de véracité historique, la participation des services israéliens dans cette opération est la contrepartie exigée par Ahmed Dlimi à la remise d’enregistrements clandestins « d’une importance vitale » pour la sécurité de l’entité sioniste, réalisés par les services de renseignements marocains. Il s’agit des bandes magnétiques clandestines du sommet de la Ligue arabe tenu à Rabat en 1965.

«Ils sont venus nous solliciter en ces termes : « vous êtes d’excellents tueurs (…) Allez-y ».

D’après Meir Amit, directeur des renseignements israéliens, les services marocains étaient dans l’incapacité de loger Ben Barka qui, conscient du danger qui le guettait, prenait ses dispositions pour brouiller les pistes pouvant le trahir. Dès lors, ils ont exigé des Israéliens de les aider à le débusquer et à l’éliminer.

« Lève-toi et tue le premier », Ronen BERGMAN journaliste et historien israélien
« Lève-toi et tue le premier », Ronen BERGMAN journaliste et historien israélien

En s’adressant au Premier ministre Israélien, M. Amit, s’est fendu de la déclaration suivante en invoquant les agents marocains : « ils sont venus nous solliciter en ces termes : « vous êtes d’excellents tueurs (…) Allez-y ».
Selon R. Bergman, les agents israéliens, même si leur Directeur de l’époque a essayé de minimiser et son rôle et le leur, ont eu une participation active dans la quasi-totalité des phases de l’opération qui allaient du repérage, à l’enlèvement et à la disparition du corps dont les restes griseraient sous l’actuel fondation Louis Vuitton où la route qui y mène.

Selon lui, la séquestration et la mise à mort de Ben Barka étaient du ressort exclusif des Marocains puisque les agents israéliens, Césarée et Colossus, n’étaient « ni impliqués ni présents sur les lieux au moment du meurtre ». Cependant, ils ont participé de manière conjointe avec leurs homologues marocains dans le transport de la dépouille et le stratagème ayant mené à sa dissolution au moyen d’un principe actif chimique.

Dans ce jeu d’ombres chinoises, selon R. Bergman, M. Amit n’a pas été d’une grande loyauté à l’égard de son Premier ministre puisque tous les éléments n’ont pas été portés à sa connaissance jusqu’à ce que l’affaire éclabousse les services des trois pays concernés avec les conséquences que l’on connaît à Paris : colère noire du général de Gaule, refroidissement des relations entre Rabat et Paris et mise à nu de la pratique des assassinats des opposants par les services actifs israéliens. En outre cette opération a fait ressurgir des dissensions graves au sein de parti travailliste et de l’appareil de l’État. Des leçons allaient être tirés de ce fiasco.

…Pour que cesse la mise à l’index du Maroc….

Cet épisode relaté par R. Bergman met la lumière sur l’expertise des Israéliens dans l’assassinat ciblé, expertise reconnue par ses homologues et alliés de circonstance.

Mais au-delà de cette nouvelle affirmation des circonstances de la disparition de M. Ben Barka, on s’interroge sur l’ambiguïté des services secrets qui sont prêts à s’allier et s’affranchir de toute morale.

Enfin, face au mutisme de Rabat, on aimerait que les archives s’ouvrent… Cinquante-cinq ans après, il devrait y avoir prescription surtout que les protagonistes directs ne sont plus de ce monde. Que M. Ben Barka, là où il est, repose en paix et que sa famille puisse faire son deuil.

On aimerait que cette affaire n’alimente plus les chronique et que le juge d’instruction du parquet de Paris chargé d’élucider cette sombre affaire soit enfin libéré d’une énigme qui n’a que trop duré. En attendant, la mise à l’index du Maroc et de ses services a de beaux jours devant elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.