Attac Maroc voit autrement la justice climatique

0 66

Attac Maroc vient de déclarer son retrait de la Coalition marocaine pour la justice climatique (CMJC). Une décision justifiée par d’innombrables raisons citées dans un communiqué parvenu à Perspectives à la tête desquelles « l’utilisation de la coalition pour servir l’agenda de l’Etat ».

Tout en rappelant que son adhésion à la CMJC formée début février dernier, dont elle est membre-fondateur, avait pour objectif initial « la création d’un front unitaire visant à dénoncer l’injustice climatique régnant au Maroc qui ne vient qu’aggraver les disparités socio-économiques dont est victime une large partie de la population marocaine », la section marocaine de l’organisation altermondialiste précise que « la CMJC a détourné l’objectif initial ». « En prenant une tournure anti-démocratique, la CMJC s’est transformée en un organe qui s’est mis au service des intérêts de l’Etat et qui suit, sans autonomie, l’agenda étatique de la COP 22 », précise le communiqué. Par là même, Attac a entre autres dénoncé « le manque de transparence des modes de décisions » et rappelé « l’importance de respecter les processus démocratiques au sein des débats et des luttes afin de garder une indépendance réelle vis-à-vis des institutions étatiques ». Dans le détail, les altermondialistes marocains ont fustigé l’accaparement de la décision par le « comité de pilotage de la CMJC qui, selon eux, « a réduit au silence toutes les voix qui appelaient à plus de transparence et qui demandaient à ce que l’on clarifie la position de la CMJC vis-à-vis des institutions étatiques ».
Dans le même sillage, Attac s’est élevé contre l’intrusion du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), dont le président a été désigné par le roi, comme chef du pôle de la relation avec la société civile au sein du comité de pilotage de la COP 22, dans les actions de la CMJC, notamment, en ce qui concerne l’organisation des rencontres régionales « sans respect des divergences exprimées ».
Par ce retrait, l’ONG appelle les autres organisations militantes « à rejoindre la construction d’un nouveau front alternatif et indépendant ayant pour objectif premier de construire un mouvement militant en faveur de la justice climatique totalement indépendant des instances étatiques et des acteurs responsables de la détérioration de la situation écologique du Maroc ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus