Attaque meurtrière sur une mosquée d’Al-Jineh: Une bavure US près d’Alep?

0
Les militaires américains ont reconnu jeudi avoir effectué une frappe dans le nord de la Syrie, contre Al-Qaïda, mais ils ont nié avoir délibérément visé la mosquée où au moins 42 personnes ont péri et des dizaines blessées, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.
Peu de temps après, les militaires américains ont reconnu avoir effectué une frappe dans le nord de la Syrie, ciblant Al-Qaida mais nié avoir délibérément visé la mosquée. « Nous n’avons pas visé une mosquée, mais le bâtiment que nous avons ciblé, là où avait lieu le rassemblement
[d’Al-Qaïda], se trouve à environ 15 mètres d’une mosquée qui est toujours debout », a plaidé jeudi soir le colonel John J. Thomas, porte-parole du Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient.
« Nous allons enquêter sur les allégations selon lesquelles cette frappe aurait fait des victimes civiles », a ensuite déclaré John Thomas. Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH, une centaine de personnes ont également été blessées dans ces raids aériens sur ce village.
Selon des images diffusées par les djihadistes et présentées comme celles du drame, le bâtiment semblait par contre entièrement détruit et non plus debout comme avancé par le Centcom.
Sur place, les secours tentaient encore vendredi matin d’extraire des personnes coincées sous les décombres de la mosquée, selon l’ONG. Et plusieurs personnes étaient encore portées disparues.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus