The news is by your side.

Attentat d’Orlando : le Bataclan gay

10
Alors que les investigations sont en cours de l’autre côté de l’Atlantique pour cerner le personnage de Mateen qui a commis un carnage dans une boite de nuit gay à Orlando, la question qui se pose toujours au lendemain de tels évènements c’est à qui profite le crime? 
A l’évidence, si l’allégeance à l’Etat islamique se confirme, c’est que ce dernier s’est invité de bien triste et abjecte manière dans la campagne présidentielle américaine. On est à la veille des conventions républicaine et démocrate et à quelques mois des élections, elles-mêmes, et le souhait des fanatiques de DAECH et de voir Donald Trump à la tête de l’Amérique. N’est-ce pas le premier objectif atteint par Ben Laden au lendemain du 11 septembre 2001 à savoir créer une brèche indélébile entre l’Occident et le monde musulman ? L’on a vu les résultats avec le va-t-en guerre de Busch fils et les conséquences que vit le monde arabo musulman, victime de cette barbarie qui prétend les défendre depuis 15 ans déjà.
Comme attendu, c’est Donald Trump qui a foncé tête baissée pour mettre la faute sur l’Islam et les musulmans sans distinguo. Déjà la première fois qu’il a exprimé sa détermination d’interdire les musulmans du sol américain les sondages d’opinion se sont affolés en sa faveur. Aujourd’hui, il espère encore tirer profit de cette tragédie qui, à y regarder de plus près, ne va nullement à l’encontre de ses convictions profondes : raciste, homophobe et antimusulman. L’assassin américain d’origine afghane est de confession musulmane, les victimes sont américaines gays et d’origine Latine. Alors sa compassion avec les familles c’est tout simplement des larmes de crocodile, du cynisme et de la communication pour éveiller encore et encore les bas instincts d’une partie de son électorat. Comme au lendemain du massacre du Bataclan à Paris, D Trump a déclaré que si les victimes étaient armées, le bilan ne serait pas si lourd. La puissante NRA n’est jamais loin alors que l’Amérique bat les records des morts par armes à feu. Mais la campagne est longue et l’histoire nous a appris que l’exploitation hâtive et démesurée de tels évènements peut ne point être bénéfique à moyen et long terme. Une fois l’émotion retombée, les citoyens sont capables de discernement.
Chez les Démocrates, H Clinton n’a pas sur-réagi. Elle a attendu l’intervention du président Obama pour lui emboiter le pas. Véritable femme politique, mesurée dans ses propos, elle est aux antipodes des vociférations et des déclarations à l’emporte-pièce de son rival républicain. Pour l’instant, ses premières déclarations sont allées pour les victimes et leurs familles en deuil.
La famille Démocrate, par la bouche de son président en exercice, a encore mis l’accent sur les conséquences dramatiques de la vente quasi libre des armes de guerre aux Etats Unis d’Amérique. On a là une vision de la société totalement opposée.
Mais au-delà de l’émotion et des réactions politiques, il y’a lieu de s’interroger sur le personnage même de l’assassin. D’après les premiers éléments de l’enquête qui ne fait que débuter, Mateen fréquentait régulièrement cette même boite de nuit. Serait-il un homosexuel refoulé qui haïssait ses semblables et qui voulait maquiller son geste par son allégeance à DAECH ? L’assassinat de chrétiens homosexuels serait-il à ses yeux une façon de se racheter vis-à-vis de sa religion qui interdit totalement de telles pratiques ? La suite de l’enquête le dira.
D’un autre côté, les revers subis par DAECH aussi bien en Irak qu’en Syrie seraient une façon pour ce prétendu Califat de se venger avec des « loups solitaires » impossibles à détecter et à surveiller. Cette hantise des services de renseignement de tout pays laisse la menace terroriste planer partout.
Les combattants dans les rangs du prétendu Etat Islamique qui rentrent chez-eux ce va poser un certain nombre de problème à leur pays d’origine sachant qu’ils ont appris le maniement des armes et probablement participé à des crimes de guerre. Leur retour ne signifie pas pour autant rédemption. Certes, ils ont vu et vécu des choses qui vont à l’encontre de ce qu’ils espéraient avant leur départ, mais comment vont – ils l’interpréter in-fine ? Ne seraient-ils pas tentés de commettre d’autres attaques en remettant la responsabilité de la déroute de DAECH sur la coalition qui le combat ? La gestion de ces centaines de combattants djihadistes s’avère compliquée entre une « déradicalisation douce » et une option plus ferme avec des emprisonnements à vie dans des Guantanamo dispersés un peu partout.
La France qui vient de vivre une attaque contre deux policiers par un français converti et devenu fanatique islamiste et terroriste paye à nouveau une lourde facture. La répétition des attentats conduira à coup sûr vers un schisme beaucoup plus profond de la société française qui deviendra moins tolérante vis-à-vis des agissements prosélytes d’une partie de sa population de confession musulmane.
Souverain, chaque pays mène sa politique étrangère en fonction de ses intérêts. Mais la guerre que livre le terrorisme contre le mode de vie Occidental va au-delà des frontières de l’Europe, de l’Amérique ou de l’Australie pour toucher tous les pays qui ne se conforment pas à cette vision obscurantiste et rétrograde du monde. Combattre le terrorisme est légitime et indispensable. C’est ainsi qu’une réelle coopération entre tous les Etats s’impose pour lutter contre cette barbarie. Cependant, un réel effort de prévention, que dire une véritable politique de développement globale doit être menée pour assécher le terreau du fanatisme.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :