Audit des clubs de football : Un serpent de mer

0
À la Fédération Royale Marocaine de Football, on surfe toujours sur un tollé d’incohérences. L’argent coule à flots continus sans reddition des comptes.
Alors que les instances de la FRMF et ses organes de discipline et d’arbitrage sont minés par des conflits d’intérêts du fait que leurs membres ne sont pas encore élus d’une manière indépendante et démocratique, des “rabatteurs “ de la plume parlent de mesures d’audit des finances des clubs de ladite BOTOLA-PRO. Ce rôle est en principe revient de droit à la la Commission Nationale de Contrôle de Gestion qui est présidée par un orfèvre, Abdelaziz Talbi, pour ne pas le nommer mais dont on ignore les membres (Si membres il y a ) et les prérogatives qui ne sont pas précisées ni dans les statuts ni dans les règlements généraux.
Que l’audit soit fait par un cabinet d’audit spécialisé en la matière et déployé par la FRMF, cela se comprendra si ça s’inscrit dans le cadre du prétendu cahier des charges. Or à la FRMF, les décideurs pédalent dans la semoule où le “deux-poids-deux-mesures “ est monnaie courante. Faut-il rappeler qu’auparavant, du temps d’un certain Ghanam, on en avait fait de même en dilapidant les deniers publics sans mesures contraignantes contre les clubs qui font de ce cahier des charges un cahier de décharges.
Tous ces prétendus audits sont d’ordre privé pour contourner le véritable contrôle régalien de l’argent public car les textes de droit public sont là mais qui restent lettre morte. Référence particulière au dahir des Libertés Publiques du 15 novembre 1958, de l’article 82 de la loi 30-09 sur le sport sans parler de la législation régissant l’Inspection Générale des Finances et les juridictions financières notamment les Cours Régionales des Comptes.
C’est vous dire messieurs qu’à la FRMF, les coûts sont publics mais les gains sont privés. Comme quoi, l’argent surtout du football est un baril de poudre!

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus