Le Nord, encore ?!

La Covid-19 a encore frappé fort avec 14 morts de plus dans le compteur. Mais dans le pays, il y a pire que la pandémie. La preuve ? A Tanger, dans le sous-sol d’une villa transformée en usine textile, 28 personnes ont trouvé la mort en ce début de semaine par noyade. Qui incriminer ? Le Ciel, plus clément que d’habitude, qui vient rappeler que la force de la nature peut se traduire en déluge ? L’industriel indélicat qui fait travailler dans des conditions inhumaines des ouvrières du textile ?…

L’alerte Fnideq…

Le Maroc est-il condamné à perdre son nord socialement et politiquement après avoir engrangé des acquis non négligeables sur le plan économique ? La question se pose avec acuité à l’heure où une alerte a retenti depuis Fnideq, « temple » de la contrebande que la mansuétude de l’Etat a laissé faire et laissé circuler avant de prendre conscience des enjeux d’une économie parasitaire qui mine le tissu productif local et détruit le lien social.

Le lion d’Oulmès ne rugira plus

Mahjoubi Aherdan est décédé, dimanche matin, des suites d’une longue maladie, apprend-on auprès de sa famille. Le Lion d’Oulmès qui a bataillé dans l’arène politique, en monarchiste convaincu, laisse derrière lui un legs artistique indélébile. 

L’Algérie et ses « proxy » font monter les enchères à El Guerguerate

A quoi joue encore l’Algérie dans le dossier saharien ? Alliant l’intimidation à l’escalade, le système qui gouverne l’Algérie d’une main de fer a jeté son dévolu sur les séparatistes pour envenimer davantage l’atmosphère. Ce qui se déroule sous le regard des casques bleus de la Minurso dans la région d’El Guerguerate est symptomatique du penchant qu’affectionnent tant les décideurs algériens pour la surenchère.

El Ferdaous, Zaatout et le petit lait !

Miloudi Chaghmoum. Qui en sait quelque chose ? Personne, si l’on excepte ses anciens étudiants et condisciples qui regrettent de voir l’un des romanciers et essayistes les plus prolixes dans le Royaume mourir à petit feu. Pourtant, la Culture, ce département hérité (même s’il est déshérité) par Othmane El Ferdaous, quadra plus « technocrate » que « politique », n’a pas bougé le petit doigt pour venir en aide à cet intellectuel que la maladie consume. A contrario, le ministre n’a pas hésité à…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus