Avantages accordés aux parlementaires: Lorsque le PAM brouille les codes

0 71

A quoi joue le PAM ? La question mérite d’être soulevée à l’heure où son secrétaire général, Ilyas El Omari, et son bureau politique ont appelé tous les députés membres de l’équipe parlementaire du parti du tracteur à remettre les Smartphones, tablettes et cartes de carburant mis à la disposition de tous les parlementaires. Dans un communiqué, le PAM précise que tout doit être rendu à la direction du Parlement dans un délai n’excédant pas une semaine.
Dans le communiqué du PAM, on ne cherche pas à polémiquer sur ces « privilèges indus ». Mais c’est tout comme lorsqu’on assure que l’équipe parlementaire du PAM s’acquittera, grâce à ses propres fonds, de toutes les dépenses de ses députés relatives au transport et moyens techniques et technologiques nécessaires pour l’accomplissement de leur travail.
Ce brouillage des cartes intervient au moment même où c’est Habib El Malki, au nom de la rose, qui assure la présidence du perchoir. Et à l’heure où la vox populi fustige les avantages dont bénéficient quelques notabilités qui s’activent aussi bien dans la gestion de la chose politique que dans les rouages de l’Etat. Le PAM étonne et brouille les codes convenus. Saura-t-il favoriser « la boule de neige » ? En tout cas, le Président du parlement n’a pas eu à rougir en soulignant que les artefacts de com dont héritent les élus, évalués à 3 MDH, n’ont pas été achetés plus qu’ils ne représentent les bonus que les opérateurs accordent à leur clientèle pour leur fidélité. Mais quid des cartes de carburants ?

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus